25 C
Canada
Saturday, March 2, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Décès de Foussena Djagba : Hommage de deux leaders de la DMK

Togo-Décès de Foussena Djagba : Hommage de deux leaders de la DMK

Foussena Djagba, opposante au régime de Faure Gnassingbé est décédée lundi dernier à Accra au Ghana. Agbéyomé Kodjo et Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson saluent la mémoire de l’illustre disparue.

Quoique la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) ait commis un communiqué saluant la mémoire de Foussena Djagba, deux responsables du regroupement politique, Agbéyomé Kodjo et Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, ont tenu personnellement à rendre hommage à leur camarade de lutte pour l’alternance politique au Togo.

« Une icône du panafricanisme »

Arrivé deuxième lors de la présidentielle du 22 février 2020 selon les résultats de la Cour constitutionnelle, Agbéyomé Kodjo, candidat de la DMK, a réagi à l’annonce de la disparition de Foussena Djagba.  

« Le peuple togolais est atteint dans son Âme par le décès de la Vaillante Patriote Foussena Djagba, une icône du panafricanisme. Je lui rends hommage et en appelle à un sursaut patriotique pour honorer sa mémoire et le combat qu’elle a incarné », a-t-il écris depuis son exil.

« Combattante hors pair »

Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, coordonnatrice de la DMK, pour sa part, salue la mémoire d’une combattante sans pareille.  

« Ma sœur Foussena femme aux qualités humaines rares de nos jours, combattante hors pair et patriote déterminée à libérer son pays de la dictature, est partie. Adieu jeune sœur. Nous poursuivrons au nom de notre engagement commun le combat dont tu n’as hélas pas pu voir la victoire », a souligné la seule femme candidate à une élection présidentielle au Togo.

Connue depuis quelques années comme opposante au régime de Lomé, Foussena Djagba est décédée ce lundi 22 mars 2021 au Ghana, des suites d’une courte hospitalisation, de sources concordantes.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.