25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Arsenal : "Il a tout donné et tout détruit"-Partey sur l'héritage d'Adebayor

Arsenal : “Il a tout donné et tout détruit”-Partey sur l’héritage d’Adebayor

Malgré les grands exploits de l’International togolais, Sheyi Emmanuel Adebayor avec Arsenal, l’ancien capitaine des Eperviers du Togo ne semble pas laiser bonne impression au sein des Gunners après son départ. C’est ce que pense le milieu de terrain ghanéen Thomas Partey, qui soutient que les fans d’Arsenal se souviendront de Sheyi pour sa célébration contre eux à l’Etihad.

En effet, Adebayor a passé trois ans à Arsenal, disputant 104 matchs et marquant 46 buts pour les Gunners avant de déménager à Manchester City en 2009.

Dans son aventure avec City lors de la saison 2009/10, la légende togolaise a marqué contre son ancien club et célébré le but devant les fans d’Arsenal à l’Etihad.

Cependant, après le match, Adebayor s’en est excusé : « J’aurais pu ne pas faire ce que j’ai fait. C’est comme si une émotion s’était emparée de moi. Je suis désolé pour ce que j’ai fait ».

Selon le joueur ghanéen qui passe actuellement un bon moment avec le club anglais, le geste d’Adebayor a entaché l’héritage qu’il a construit avec le club du nord de Londres.

“Il a donné puis détruit parce que tout ce qu’il a donné ici était fantastique et quand il a marqué contre Arsenal et célébré devant les fans, il l’a détruit”, a déclaré Partey à Super Sport TV.

“Pour moi, c’est un joueur fantastique et l’un des meilleurs attaquants d’Afrique, mais si vous voulez parler d’ici, c’est ce que je peux dire”, a-t-il ajouté.

Pendant que SEA, à 39 ans, profite de sa retraite au Togo, Partey espère construire son propre héritage à Arsenal en aidant le club à mettre fin à ses 19 ans d’attente pour le titre de Premier League.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.