25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Grève de la FESEN : Kokoroko menace de révoquer tous les enseignants...

Togo-Grève de la FESEN : Kokoroko menace de révoquer tous les enseignants grévistes

Après la grève de 48 heures observée les 3 et 4 novembre derniers, la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) compte reconduire le mouvement ces 10 et 11 novembre. Seulement, le ministre de tutelle Prof Dodzi Kokoroko ne veut pas l’entendre de cette oreille. Il menace de nouveau les grévistes. 

Dans une lettre adressée aux Directeurs régionaux de l’éducation (DRE), le ministre en charge des Enseignements primaire et secondaire souligne que la grève de 48 heures que la FESEN compte observer aujourd’hui et demain est « illicite et illégale ».

Par ailleurs, il demande aux Directeurs régionaux de l’éducation de prendre des dispositions pour contrôler les présences effectives aussi bien des directeurs des établissements que des enseignants à leur poste ces mercredi et jeudi. Les enseignants absents à leur poste se verront révoquer.

« A la suite de cette opération de contrôle qui s’étendra sur les 2 jours de grève illicite annoncée, vous devez communiquer une liste fiable des enseignants et chefs d’établissement qui auraient abandonné leur poste. Il sera purement et simplement procédé à leur remplacement par d’autres candidats aux fonctions enseignantes, afin d’assurer la continuité du service public de l’éducation nationale », a indiqué Prof. Kokoroko.

« Les agents qui estimeront avoir été recensés à tort comme gréviste pourront apporter la preuve, par tous es moyens à leur disposition », a-t-il poursuivi.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.