25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil Others Comores- 8 ans après son arrivée, Amir Abdou quitte les Cœlacanthes

Comores- 8 ans après son arrivée, Amir Abdou quitte les Cœlacanthes

L es Cœlacanthes sont orphelins de leur sélectionneur national, celui-là même qui a réussi à les qualifier pour une première phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) lors de laquelle ils ont atteint le second tour.

L’histoire entre Amir Abdou, 49 ans, et l’équipe nationale des Comores et finie. Le technicien local, huit (8) après son arrivée, a préféré jeter l’éponge. Il est considéré comme un héros dans son pays pour avoir qualifier les Comores pour la dernière CAN Cameroun 2021, compétition au cours de laquelle il a amené ses protégés en huitième de finale.

« Aujourd’hui, si j’ai décidé de quitter ce poste de sélectionneur, c’est qu’il me semble important de ne pas tomber dans le piège de la stricte continuité. Il faut parfois bousculer les lignes et oser le changement pour écrire de nouveaux chapitres. Il ne s’agit pas de “quitter l’aventure” mais en tant que bâtisseur, j’ai la sensation que la mission a été accomplie », explique le sélectionneur dans un communiqué.

Logiquement, la Fédération rend hommage au natif de Marseille. «Celui qui est affectueusement appelé coach Amir a réussi à faire participer les Comores à une phase finale de compétition internationale après 4 tentatives. Son parcours a été couronné d’une qualification en huitième de finale lors de la 33ème édition de la compétition la plus prestigieuse du continent des hommes à la peau brûlée », indique l’instance faîtière dans un communiqué.

L’instance faîtière assure qu’elle est prête à continuer à travailler avec Amir Abdou d’une manière ou d’une autre dans le sens de la progression du football aux Comores et des Cœlacanthes en particulier.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.