25 C
Canada
Wednesday, November 30, 2022
Accueil ACTUALITES Burkina Faso-Mariam Sankara : « Je doute de la demande de pardon...

Burkina Faso-Mariam Sankara : « Je doute de la demande de pardon de Blaise Compaoré »

Au lendemain de la demande de pardon formulée par l’ancien président pour les actes qu’il a commis pendant qu’il était au pouvoir, la veuve de Thomas Sankara réagit en exclusivité pour Jeune Afrique.

C’est une lettre qui, depuis vingt-quatre heures, suscite beaucoup de commentaires à Ouagadougou. Dans ce courrier, Blaise Compaoré, condamné en avril dernier par contumace à perpétuité pour l’assassinat de Thomas Sankara, en 1987, demande « pardon « à la famille de ce dernier mais aussi à l’ensemble du peuple burkinabè pour « les souffrances » endurées pendant ses vingt-sept années au pouvoir.

Cette lettre est datée du 8 juillet 2022, alors que Blaise Compaoré était de retour à Ouagadougou sans être inquiété par la justice – pour être reçu – par le lieutenant colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, mais a été lue le mardi 26 juillet devant la presse par le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo. Ally Coulibaly, conseiller spécial d’Alassane Ouattara, et Djamila Compaoré, la fille de l’ancien président, étaient présents à ses côtés après avoir spécialement fait le voyage d’Abidjan pour « porter » cette lettre aux autorités burkinabè.

Installée à Montpellier, dans le sud de la France, où elle vit depuis la disparition tragique de son mari, c’est par la presse que Mariam Sankara a découvert l’existence de cette lettre et la demande de pardon de Blaise Compaoré. Interrogée au téléphone par Jeune Afrique, la veuve de l’ancien président y répond.

Jeune Afrique : Acceptez-vous le pardon demandé par Blaise Compaoré pour son rôle dans l’assassinat de votre mari, le 15 octobre 1987 ?

Mariam Sankara: C’est à ma grande surprise que j’ai appris, par la presse, que Blaise Compaoré a demandé pardon au peuple burkinabè et à la famille de son « ami et frère » Thomas Sankara. Sincèrement, je me demande si cette lettre vient de Blaise lui-même. Depuis 1987, il a eu l’occasion de demander pardon à maintes reprises. Mais il est resté impassible. Il aurait pu venir au procès reconnaître sa responsabilité et demander pardon mais il n’a rien fait. Lors de son dernier séjour à Ouagadougou, début juillet, il aurait pu s’adresser aux Burkinabè mais non, il n’a rien fait.

Vous doutez donc que ce soit Blaise Compaoré lui-même qui ait écrit cette lettre ?

Je doute de l’authenticité de cette lettre car, comme je vous l’ai dit, Blaise a eu l’occasion de demander pardon depuis longtemps. Il ne l’a pas fait. Il est venu récemment à Ouagadougou. Tout le monde l’a vu. Il aurait pu parler. Mais il n’a rien dit du tout.

Au-delà du débat sur l’authenticité de cette lettre, acceptez-vous son pardon?

Le pardon ne se décrète pas. Quand on a commis un acte et qu’il a été jugé, si on le reconnaît, on se rend à la justice. À ce moment, peut être que le pardon aurait pu être accepté par les victimes. En reconnaissant ses actes et en acceptant la justice, il aurait vraiment montré qu’il se repent. Mais demander pardon comme ça, alors qu’on ne sait même pas si c’est vraiment lui qui demande…

Voyez-vous un aveu de culpabilité de Blaise Compaoré dans cette demande ?

Encore une fois, je me demande si c’est bien lui qui a écrit cette lettre. Il avait l’occasion depuis longtemps de demander pardon. Et c’est aujourd’hui, où il ne semble pas être lui-même, qu’il fait cette demande ? Si on veut vraiment le pardon et la réconciliation, il y a des formes à respecter. Là, c’est une manière assez inédite.

Avez-vous été choquée du retour de Blaise Compaoré début juillet à Ouagadougou ?

Oui, j’ai été choquée de ce retour. Quelqu’un qui est condamné et qui passe comme ça par-dessus la justice, cela est choquant. Il est rentré sans que rien ne se passe, sans que personne ne soit averti. Cela a été une surprise de mauvais goût pour tout le monde. S’il doit revenir au Burkina Faso, il faut que la démarche se fasse auprès de la justice burkinabè. Quelque part, je pense qu’on instrumentalise la réconciliation et le pardon, qu’on tolère l’impunité. Or, tous les Burkinabè veulent la réconciliation et la paix dans le pays. Il ne faut pas que ces actes nous divisent. Il faut que l’on reste vigilant et uni, sans céder à la division.

Benjamin Roger

Jeune Afrique

3 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
3 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Kombaté
Kombaté
July 28, 2022 2:18 pm

C est toujours vous les femmes avec des polémiques de tout genre.le mR à demander pardon oui et bien laissons l affaire sankara la dernière ok .Le défunt lui même après son coup d état a lui aussi tué les victimes sont là personne ne dit rien de ça .Vous qui criez tous les jours Sankara ,sankara l homme n était pas aussi blanc comme vous le croyez.Compaoré n a fait qu exécuter le destin du défunt./qui tue par l épée péri par l épée./

Loozap
July 28, 2022 2:30 pm

Moi même ses excuses ne me paressent pas être sincère mais du moins on peut passer dessus . Il a eu sa dose et la vie peut continuer

obabue
obabue
July 28, 2022 7:40 pm

Compaoré avait dit qu’il avait peur pour sa sécurité raison pour laquelle il ne s’était pas présenté à son procès. Son jeune frère François, lui aussi a dit qu’il avait peur pour sa sécurité et fait des pieds et des bras pour éviter d’être extradé dans son propre pays dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Zongo afin de comparaitre devant la justice que lui et son frère de président avaient mis en place. J’entends des réactions et des voix ici et là voire même des panélistes sur NewWorld dire qu’il faut passer à autre chose et accepter la demande de pardon de Compaoré car selon eux même Sankara aurait fait couler du sang avant de venir au pouvoir et que le Burkina a besoin de tous ses fils pour lutter contre les jihadistes qui ensanglantent le pays des hommes intègres. C’est grave et c’est dommage ces genres de réaction pour la simple raison que 1.) ceux qui auraient été tués par Sankara lors de sa prise de pouvoir n’ont JAMAIS porté plainte même après la mort de Sankara; 2.) Dans un pays même en guerre, la justice passe d’abord avant le ou la politique. Les crimes des deux dernières guerres mondiales avaient d’abord été jugés, puis après le politique est passé (amnistie, élargissement des prisonniers, grâces etc..). Ce n’est JAMAIS avant. On comprends clairement que la tactique de Compaoré et de ses soutiens restent le mépris et le dénis: mépris pour la justice de son pays, dénis pour le crime commis ou commandité (En droit c’est la même responsabilité). Nulle part dans sa demande de pardon, Compaoré n’a évoqué les faits. Qui a commandité le crime et surtout POURQUOI c’est à lui que le crime a profité?!. S’il pense qu’il peut avoir le pardon du peuple sans répondre clairement devant la justice à cette demande et que pour lui il suffirait que les autorités actuelles du Burkina décrètent que lui Compaoré, au nom des intérêts supérieurs de la Nation Burkinabé; lequel intérêt commande que le peuple DOIT lui pardonner, eh bien je regrette de le dire ici, ce serait l’effet contraire du but rechercher: Le Burkina ne sera point réconcilier et lui Compaoré n’aura point la paix intérieur car il ne suffit pas de continuer par appeler Sakara “mon frère et ami” pour que ce soit vrai sur cette terre et dans l’au delà.

Popular News

Togo-Résultats de la Loterie américaine DV-2022 attendus ce samedi

Cliquez ici, pour vérifier si votre demande a été sélectionnée à la loterie des visas, DV-2022