25 C
Canada
Monday, May 20, 2024
Accueil ACTUALITES Guinée-Le bras de fer autour du décès de l’ex-première dame continue

Guinée-Le bras de fer autour du décès de l’ex-première dame continue

Face au refus du président déchu Alpha Condé de voir les autorités guinéennes se « mêler » aux obsèques de sa femme, Hadja Djènè Kaba Condé décédée le 8 Avril 2023 à Paris, la tension est loin de terminer.

Selon les sites d’actualités Mosaiqueguine et Kaloumpresse, une délégation de la Coordination mandingue s’est rendue, hier, mardi au domicile d’Alpha Condé sis au quartier Mafanco, commune de Matam, pour les salutations d’usage.

Prenant la parole, le porte-parole de cette organisation de sage, Elhadji Morlaye Kourouma, a déclaré que la défunte « Hadja Djènè Kaba appartient à toute la Guinée, elle appartient à tous les guinéens au même titre que que Hadja André Touré ou toute autre personnalité de premier rang de ce pays. Sur ce, son corps n’appartient pas à une seule personne ». Une réplique à l’ancien président déchu qui, à travers un message à l’ambassadeur de la République de Guinée en France, demandant aux autorités guinéennes de « ne pas se mêler » aux funérailles de sa femme.

Pris de colère, les jeunes et femmes du RPG Arc-en-ciel présents au domicile de l’ancien président déchu ont protesté bruyamment demandant à la délégation de quitter les lieux.  

Les sages de la Coordination madingue, une autorité morale, aurait perçu des sous auprès des autorités guinéennes pour intervenir, d’après toujours les sources mentionnées plus haut.

2 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Guinée-Le bras de fer autour du décès de l’ex-première dame continue first appeared […]

Loozap
April 12, 2023 11:23 pm

C’est une nouvelle qui nous a vraiment affecté et dont on voulait réellement comprendre le fond et la forme de la chose.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.