25 C
Canada
Tuesday, March 5, 2024
Accueil ACTUALITES Elim CAN Maroc 2024 : après l’élimination des Eperviers, les remords d'Afi Woedikou

Elim CAN Maroc 2024 : après l’élimination des Eperviers, les remords d’Afi Woedikou

Afi Woedikou est la gâchette infernale de la sélection nationale. Mais contre la Tanzanie, au stade de Kégué, elle a manqué un penalty qui aurait pu contribuer à changer le cours du match. Elle s’en veut.

Cela n’arrive qu’aux grands. Une trentaine de minutes après le début du match retour du second tour qualificatif de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Maroc 2024, le Togo obtient un penalty contre la Tanzanie, celle-là même qui l’a battu 3-0 à Dar es Salaam une demi-dizaine de jours plutôt.

La buteuse Afi Woedikou rate l’ouverture du score. Un mauvais présage. Les Eperviers dames parviennent quand même à gagner 2-0, insuffisant pour rétablir la parité et envisager la qualification.

La sociétaire de Nantes, Ligue 2 en France, présente des excuses à ses partenaires, aux membres du staff technique, au public sportif, aux hommes des médias au et à ses compatriotes.

« Je suis vraiment désolée de ne pas qualifier l’équipe à la prochaine Coupe d’Afrique féminine Maroc 2024 », écrit-elle sur son compte X (anciennement Twitter), ajoutant qu’elle est « consciente et responsable » de l’ « élimination » du Togo.

« On apprend à s’améliorer avec les erreurs et c’est ce que je ferai. Beaucoup d’entre vous me détestent maintenant mais cela ne m’empêchera pas de donner le meilleur de moi-même pour ce pays que j’ai toujours défendu avec bec et ongles », rassure Afi Woedikou.

Cette élimination est amère. Mais ce n’est pas la fin du monde. Il faut, surtout, apprendre des échecs pour les échéances futures.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.