25 C
Canada
Friday, May 24, 2024
Accueil ACTUALITES Togo- Interdiction des manifestations publiques: La politique deux poids deux mesures du régime

Togo- Interdiction des manifestations publiques: La politique deux poids deux mesures du régime

Au Togo, les autorités ont instauré une interdiction systématique des manifestations politiques de l’opposition. Mêmes les simples réunions des organisations de la société civile jugées proches de l’opposition ne sont pas épargnées. Pendant ce temps, le parti au pouvoir, lui, bénéficie d’une plus grande liberté pour organiser ses activités. Dans un communiqué, la DMP dénonce cette discrimination flagrante. Lisez!

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA DYNAMIQUE POUR LA MAJORITÉ DU PEUPLE (DMP)

L’interdiction de la marche du 27 janvier 2024 est une victoire du peuple,  restons déterminés  

La grande marche de protestation à laquelle La Dynamique pour la Majorité du Peuple a appelé le peuple Togolais ce samedi 27 janvier 2024 a été empêchée par le gouvernement en violation flagrante des libertés  publiques telles que consacré par la constitution togolaise et la loi sur la liberté de manifestation !  

En effet, comme cela a été dit au cours du point de presse tenu par la DMP à l’issue de sa rencontre avec  le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires le  vendredi 26 janvier 2024, les raisons évoquées par le Ministre, notamment l’attaque du 2 juin 2022 de deux  gendarmes au grand marché de Lomé qui laisserait présager d’une cellule dormante de terroristes à Lomé et pour lesquelles des enquêtes étaient ouvertes depuis ce temps, n’étant fondées sur aucune base  juridique, il était entendu que chacune des parties en discussion prenne ses responsabilités vis-à-vis du  peuple Togolais. La DMP a pris les siennes en maintenant son mot d’ordre de la marche pacifique suivant  l’itinéraire indiqué dans son courrier du 04 janvier 2024 et qui aurait échappé aux premiers responsables  du ministère.  

En lieu et place d’un message du département ministériel à l’endroit des populations, après cette rencontre  avec la délégation de la DMP, le gouvernement n’a trouvé mieux que de déployer dès 6h de ce samedi 27  janvier 2024, plusieurs centaines de policiers et gendarmes pour quadriller tous les quartiers environnants  de l’itinéraire de la marche tout en occupant les lieux de départ et de la chute de la marche prévue.  L’objectif visé par cet impressionnant déploiement massif des forces de l’ordre et de sécurité (FDS) est sans  doute d’intimider et de dissuader les nombreux Togolais qui étaient prêts à aller manifester leur  mécontentement au régime RPT/Unir qui a échoué sur tous les plans dans sa gouvernance du Togo qui date depuis bientôt 60 ans et qui malheureusement n’a produit que des citoyens chômeurs, déshumanisés,  affamés et misérables sur tous les bords.  

C’est dans ces circonstances que les premiers responsables de la DMP, se sont déplacés sur le lieu prévu  pour le départ de la marche vers 10h45 et de s’informer sur le motif réel de ce déploiement des FDS et rassurer leurs militants qui ont bravé ces intimidations en arrivant sur les lieux malgré la présence des  policiers et gendarmes lourdement armés.  

De leur entretien avec le Capitaine Koundoum qui commandait ce détachement, il ressort que les FDS ont reçu de leur hiérarchie, l’ordre d’empêcher tout attroupement à cet endroit et partout ailleurs. Les premiers  responsables ont ainsi été priés de quitter le rond-point de Bè Gakpoto. Ces derniers ont voulu échanger  avec quelques militants et citoyens venus pour la marche et accorder des interviews aux journalistes  présents sur les lieux, mais le Capitaine Koundoum les en a empêchés.  Il est quand même étonnant que pour une marche pacifique organisée par des formations politiques  légalement constituées et respectant toutes les règles prévues par la loi, le gouvernement puisse déployer  plus de milliers de soldats lourdement armés pour occuper les rues et les ruelles, donnant l’impression  comme si notre capitale faisait l’objet d’une agression.  

En effet, plusieurs endroits stratégiques de la commune de Golfe1 et Golfe4 ont été pris d’assaut par les  détachements de la police et la gendarmerie.  

Par exemple le rond- point de l’hôtel de la paix, les abords de l’hôtel santa maria, de festival des glaces, de  l’immeuble Fiata, le carrefour de Bè Kpehenou, le marché d’Akodessewa, le marché de Bè, et toutes les  ruelles débouchant sur le boulevard malfakassa jusqu’au point de chute de la marche ont été occupés par  les policiers et gendarmes. C’est tout simplement ahurissant ce qui se passe dans notre pays !

Nous apprendrons dans la soirée du même samedi 27 janvier 2024 que le Secrétaire général de la  préfecture du golfe a fait interdire aussi une rencontre dénommée café citoyen organisée par la coalition  GMC dans l’une des salles du centre Agora Senghor. Durant la même journée le parti Unir a fait une  manifestation à Adetikope dans la commune d’Agoenyive 6 toujours dans le grand Lomé sans oublier que  deux jours plus tôt, le parti Unir, sous prétexte de la célébration des dix ans d’existence de FNFI, a fait  convoyer plusieurs milliers de nos pauvres femmes de toutes les préfectures du Togo à raison de 300  femmes par préfecture, et les a entassées dans les conditions les plus inhumaines au stade de Kégué durant  3 jours contre la modique somme de 10 000f pour soit dit- on célébrer le succès de cette initiative qui  consiste à octroyer un crédit de 30 000f aux femmes pour leurs activités commerciales. Le comble c’est que, ces crédits octroyés aux femmes à travers les institutions des microfinances ont été considérés par ces  dernières comme des cadeaux du chef de l’Etat, alors qu’il s’agissait des prêts à rembourser.

Du coup, les  crédits n’ont pu être remboursé comme cela se doit à ce jour et constituent des encours de dettes que le  même État de Unir demande aux institutions de microfinance de rembourser à la place des femmes. Quelle réussite veut-on célébrer tout en harcelant les dirigeants des microfinances qui n’ont été que des  intermédiaires pour octroyer les crédits aux femmes sans aucune étude préalable selon leur procédure ? Et pourquoi humilier autant nos mamans et nos sœurs par ces genres de manifestations qui ne sont rien  d’autre qu’une précampagne déguisée et qui ne trompent d’ailleurs personne ? Tout ceci pour montrer sur  les médias du monde et auprès des Puissances étrangères qu’Unir est populaire. Qui ne sait pas dans le monde d’aujourd’hui qu’il s’agit d’une fausse popularité organisée sur la base de la manipulation et de la  corruption généralisée ?

En tout état de cause, les évènements du 27 janvier 2024 constituent une victoire pour le peuple Togolais  car l’empêchement de la marche par le recours à la force armée révèle la vraie nature du régime qui  prétend faire la paix à l’extérieur mais mène la guerre à ses citoyens.  

Pour ce faire la DMP remercie sincèrement tous les partis politiques, les organisations de la société civile  et toutes les personnalités politiques qui ont adhéré à sa plate-forme de revendications qui a fait l’objet du  projet de la marche pacifique et les exhorte à continuer avec elle les réflexions pour la synergie d’action qui  seule peut conduire le peuple à la victoire finale.

La DMP remercie également toutes les populations togolaises qui ont compris le sens de son combat et y ont adhéré à rester mobilisés pour les prochains mots d’ordre.  

La DMP dénonce avec véhémence cette attitude inique de deux poids deux mesures qui consiste à favoriser  certains partis politiques notamment Unir qui continuent de mobiliser leurs militants et les populations sur  le terrain tout en empêchant les autres de faire leurs activités légales et légitimes de mobilisation à deux  mois de l’organisation des élections législatives et régionales telles qu’annoncées par le gouvernement lui- même.

La DMP interpelle la communauté internationale et les potentiels observateurs de ces prochaines élections  à projeter leurs regards attentifs sur ces injustices qui entachent d’ores et déjà le processus électoral en  cours et les invite à prendre leurs responsabilités afin de contribuer à faire arrêter à temps ces dérives du  pouvoir dans la conduite du processus électoral.

La DMP réitère les revendications suivantes  

1) La libération des prisonniers politiques et militaires,

 2) Le retour de tous les exilés politiques  

3) La tenue des assises nationales et inclusives sont plus qu’une urgence avant la tenue des élections prochaines.  

La DMP exhorte les populations à rester mobilisées jusqu’à la libération du Togo de la dictature et de toute  oppression endogène ou exogène.  

Fait à Lomé le 28 janvier 2024  

La Conférence des Présidents

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
trackback
February 3, 2024 6:29 am

… [Trackback]

[…] There you will find 15251 more Infos: icilome.com/2024/01/togo-interdiction-des-manifestations-publiques-la-politique-deux-poids-deux-mesures-du-regime/ […]

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.