25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil Others Gabon-L’opposant Jean Eyeghe Ndong retourne dans la majorité

Gabon-L’opposant Jean Eyeghe Ndong retourne dans la majorité

Il était devenu un farouche opposant au régime en place et très proche de Jean Ping, mais décide, à deux ans de l’élection présidentielle programmée pour 2023, de rejoindre le parti au pouvoir.

Jean Eyeghe Ndong, un ancien cacique du Parti démocratique gabonais (PDG), au pouvoir, notamment Premier ministre sous l’ère Omar Bongo Ondimba, le père d’Ali, l’actuel chef de l’Etat, a claqué la porte et posé ses valises dans l’opposition en 2009.

Une douzaine d’années plus tard, ce fidèle parmi les fidèles de l’opposant Jean Ping, retourne à la maison, aux sources. En effet, cible de vives critiques après qu’il s’est rendu discrètement à la Présidence pour rencontrer son locataire, il prend son courage à deux mains pour officialiser ce que certains connaissent déjà.

« Je décide ce jour de me déployer ailleurs que dans la Coalition pour la nouvelle république et de me mettre à la disposition de la République et par conséquent, de l’État », se justifie le désormais ancien opposant d’Ali Bongo.

Avant lui, René Ndemezo’o Obiang, l’ex-directeur de campagne de Jean Ping pendant la présidentielle de 2016 et Frédéric Massavala Maboumba, un ancien porte-parole de la coalition des partis de l’opposition, ont rejoint la majorité. A deux ans d’une nouvelle élection présidentielle.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.