25 C
Canada
Tuesday, May 21, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Accusé de sorcier, son corps est retiré à la morgue puis ...

Togo-Accusé de sorcier, son corps est retiré à la morgue puis brûlé

L’étonnante histoire s’est passée le week-end passé à Gbalavé-Tsadomé (Préfecture de Kloto), 125 km au nord-ouest de Lomé.

Son cadavre a été retiré de la morgue, puis brûlé le dimanche 8 août 2021, a-t-on appris du journal « Liberté » dans sa livraison de ce lundi 9 août.

Selon les informations, feu Kotowa Nukunu, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été consulté dans l’autre monde. C’est alors qu’il aurait avoué qu’il était à l’origine du décès de plusieurs personnes dans le village.

Alors pour qu’il y ait la paix, feu Kotowa Nukunu a, selon les témoignages, demandé que son cadavre soit incinéré. Ainsi, les notables (Assafo en Ewé) du village auraient récupéré son corps à la morgue qu’ils ont brûlé.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
K. Kofi FOLIKPO
August 10, 2021 9:54 am

On voit comment l’Humanité est très complexe dans sa définition des Valeurs éthiques et sociales d’une société à l’autre.
Chez les Hindous en Inde, toute personne (peu importe la vie qu’elle a mené) doit être incinérée et ses cendres répandus dans les eaux du fleuve Ganges.
En Occident une personne décédée peut être incinénée selon sa volonté exprimée de son vivant (si elle a laissé pour cela un testament écrit ou oral à ses proches) ou pour des raisons économiques (car les frais d’enterrement sont souvent assez élevés).
Chez nous en Pays Ewe, une personne est incinérée en raison de ses mauvaises conduites hautement nuisibles pour la vie de ses semblables.
On voit donc que tout est relatif dans cette vie en matière de Normes et de Valeurs sociales d’une société à l’autre, d’un pays à l’autre, d’une culture à l’autre …
Commele disait le penseur français Pascal: “Vérité en-deçà des Pyrennées, erreur au-delà” .

K. Kofi FOLIKPO

http://www.pyramid-of-yewe.org

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.