25 C
Canada
Tuesday, January 31, 2023
Accueil ACTUALITES Ukraine, si loin, si proche !…

Ukraine, si loin, si proche !…

Ce qui se passe dans ce pays lointain intéresse l’Afrique et les Africains, qui savent ce que peuvent être les frustrations d’un peuple subissant la loi de plus fort que lui. Les affinités du moment ne changent rien à cette triste réalité.

La résolution soumise, hier vendredi, au Conseil de sécurité des Nations unies s’est heurtée au veto de la Russie. La Chine, l’Inde et les Emirats Arabes Unis se sont abstenus, après avoir tout de même obtenu le remplacement du verbe « condamner » par « déplorer », pour ne pas s’opposer. Pourquoi dites-vous que cette concession, qui révulse les Ukrainiens, devrait aussi révulser les Africains ?

Parce que les bombardements de l’armée russe, que le Conseil de sécurité n’a pas osé condamner, se poursuivent. Ce que vit le peuple ukrainien, sous nos yeux, n’est pas déplorable, mais bel et bien condamnable. Pour aucune raison, les Africains ne devraient se réjouir des exploits de la Russie de Vladimir Poutine en Ukraine. Même s’il commence à acquérir une certaine popularité en Afrique, pour les (mauvaises) raisons que l’on sait, ce qu’il fait vivre au peuple ukrainien serait insupportable pour tout peuple africain. L’homme africain est fondamentalement épris de liberté, du grand air, et pas de quelque forme insidieuse de totalitarisme. Comme les Ukrainiens aussi rêvent de liberté et d’amitiés qui les élèveraient.

Il se trouve que les sanctions graduelles, à doses homéopathiques, de leurs amis occidentaux arrivent souvent trop tard, en-deçà des actes déjà posés par Poutine. Ne pouvant être rétroactivement dissuasives, elles se révèlent d’autant moins efficaces qu’aucune puissance amie n’est prête à voler à leur secours, au sol. Aussi, le dirigeant russe a t-il la certitude de parvenir à ses fins.

En Afrique, certains se réjouissent, sans doute parce que la Russie semble avoir actuellement la cote, sur le continent…

Un ami qui peut se comporter ainsi avec un voisin qui ne l’a ni attaqué ni provoqué peut, demain, attaquer n’importe lequel de tous ces Etats vulnérables d’Afrique, y compris pour un renversement d’alliance qui déplairait au Kremlin. Il n’y a pas d’ordre international qui tienne, lorsque triomphe la raison du plus fort.

Et, ne serait-ce que de manière très égoïste, ceux qui se réjouissent devraient penser aux étudiants africains totalement désorientés, qui ne savent comment s’extirper d’Ukraine. Penser à ce commerçant guinéen installé à Odessa. Dans notre incurie, nous n’avons jamais imaginé qu’un Guinéen (ou un Africain de quelque autre nationalité) pouvait être installé comme commerçant à Odessa.

Ce conflit change-t-il vraiment quelque chose aux relations internationales ?

Il n’y a pas si longtemps, nous parlions, ici, de la nécessité, pour la Cédéao, de se saborder, au profit d’une organisation plus crédible, plus courageuse, qui n’intègrerait que des Etats réellement désireux de respecter les mêmes règles. Cette nécessité s’appliquerait de manière encore plus impérieuse à l’Organisation des Nations unies, littéralement prise en otage par les cinq membres permanents qui se sont attribués, en 1944, le droit de veto au Conseil de sécurité, avant même la création de l’Organisation. Une fois sur deux, certains en font un usage qui relève de la capacité de nuisance, parfois contre des résolutions utiles à l’humanité.

Nicolas Sarkozy, l’ancien chef de l’Etat français, a eu raison d’affirmer, ce vendredi, à l’Elysée, qu’il fallait inventer les institutions multilatérales du XXIe siècle. Réformer l’Onu ne présente plus aucun intérêt. Elle devrait disparaître, au profit d’une organisation en phase avec les exigences du monde actuel, et en prise avec les réalités de demain.

Après tout, la guerre froide s’est achevée non pas sur une victoire du capitalisme, mais sur l’écroulement du communisme. Mikhaïl Gorbatchev confiait, il y a peu, que l’Occident aurait dû tendre la main à son pays, pour bâtir un monde nouveau, au lieu de se comporter avec l’arrogance de celui qui a gagné la guerre. L’état d’esprit des plus jeunes de l’époque, les Poutine, qui ont bercé dans l’humiliation et une forme de mépris, devrait-il surprendre, aujourd’hui ? L’humiliation, souvent, engendre la haine et, comme dit le chansonnier, des rêves de revanche. Nous y voilà !

Source: RFI

5 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
5 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Warrants
Warrants
February 26, 2022 11:51 am

Excellente commentation après celle sur Wagner au Mail. Souvent les réalités dépassent notre cynisme affiché quand il s’agit de journalisme militant.

Poutine est né sur les cendres de la guerre froide, personnage rancunier et une mémoire très longue. Les africains hébétés qui l’encensent font une transposition de leurs malheurs en politique nationale, voient dans le dirigeant Russe un chevalier blanc alors que c’est un autocrate doublé d’un système politique mafieux. Les élections en Russie n’ont jamais été standards, voilà le personnage derrière que court une certaine jeunesse africaine qui aspire au bonheur et à la liberté.

Qui aurait pensé ce qui arrive aujourd’hui en Ukraine ? Même les plus fervents Russophiles sont abassourdis par cette funeste aventure doublée d’une menace à peine voilée d’usage nucléaire en cas de…

La fédération de Russie est un pays continent avec plusieurs fuseaux horaires, que craint-elle avec la petite Ukraine, sinon la survie oligarchique héritée du prolétariat dévoyé, même système en Chine sauf que là-bas on fait la chasse à la corruption, beaucoup de cadres du PC chinois sont en prison pour détournements. S’il y a un modèle transitoire à suivre pour l’Afrique, c’est la Chine toute proportion gardée.

Lionel
Lionel
February 26, 2022 2:59 pm

Mr Jean Baptiste Placca, c’est la faute à qui si les Africains se rapprochent de la Russie? La France criminelle et ses alliés auraient dû y penser avant de mettre et maintenir à la tête de nos États, des psychopathes pour mieux nous piller. Ils sont devenus les ennemis des Africains. Ne dit-on pas que l’ennemi de mon ennemi est mon ami? C’est ça la réalité.

Edoh
February 26, 2022 5:18 pm
Reply to  Lionel

Pourquoi les africains devraient-ils avoir d’amis au fait. L’ideal piur nous autres est de compter sur nous -memes et non les autres, nous aussi avons une intelligentsia, et ceci est valable pour le mr qui nous donnes pour modele la chine. Que les africains redeviennent modeles d’eux -memes , on a tout ce qu’ils faut

K. Kofi FOLIKPO
February 27, 2022 1:28 am
Reply to  Edoh

Mon Frère Edoh
C’est tout ce que Nous autres prônons depuis des décennies:

  • Être FIERS de Nous-mêmes !
  • Être FIERS de parler nos LANGUES MATERNELLES!
  • Être FIERS de nos VILLAGES D’ORIGINE !
  • Être FIERS de notre NATION!
  • Être FIERS de nos ANCÊTRES !
  • Être FIERS de nos ARTS CULINAIRES!
  • Être FIERS de notre SPIRITUALITÉ !

K. Kofi FOLIKPO
http://www.kebo-toe.net/?page_id=2676

Alphonse
Alphonse
February 27, 2022 2:28 am

La France, ce pays de merde à détruit la Libye avec pour conséquence le chaos et la mort dans tout le Sahel. Qui avait alors parlé de sanctions à l’endroit de ce criminel ?

Popular News

Togo-Résultats de la Loterie américaine DV-2022 attendus ce samedi

Cliquez ici, pour vérifier si votre demande a été sélectionnée à la loterie des visas, DV-2022