25 C
Canada
Tuesday, May 21, 2024
Accueil ACTUALITES MINUSMA : les casques bleus ivoiriens vont quitter le Mali

MINUSMA : les casques bleus ivoiriens vont quitter le Mali

Les soldats ivoiriens déployés dans le cadre de l’opération de maintien de la paix des Nations unies au Mali, MINUSMA, vont se retirer progressivement.

Le sujet avait été déjà évoqué le 28 octobre 2022, au cours d’une discussion entre le ministre ivoirien délégué, Léon Kacou Adom et Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux Opérations de Paix de l’ONU. C’est à en croire la Mission permanente de la Côte d’Ivoire auprès des Nations unies qui, dans une lettre au Secrétaire général adjoint aux Opérations de Paix de l’ONU, « confirme la décision de retrait progressif des personnels militaires et de police ivoiriens déployés au Mali » dans le cadre de l’opération de maintien de la paix des Nations unies.

La lettre en date du 11 novembre 2022 précise que « la relève de la compagnie de protection basée à Mopti ainsi que le déploiement des Officiers d’État Major (MSO) et des Officiers de Police (IPO), prévus respectivement en octobre et novembre 2022, ne pourront plus être effectués. De même, la Côte d’Ivoire n’envisage pas relever, en août 2023, les militaires et autres éléments, présents au sein de la Force de la MINUSMA ».

Les autorités ivoiriennes n’ont donné les raisons qui motivent la décision du départ de leurs troupes.

Ce retrait « progressif » des soldats ivoiriens du Mali, rappelle maliweb.net, intervient dans un contexte de « tension diplomatique entre le Mali et la Côte d’Ivoire, au sujet des 49 soldats ivoiriens considérés par Bamako comme des mercenaires », lit-on.

D’après le journal malien en ligne, 850 casques bleus ivoiriens sont déployés sur le territoire malien depuis 2014.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.