25 C
Canada
Thursday, May 23, 2024
Accueil ACTUALITES Togo–Le MPDD de Kodjo Agbéyomé refuse-t-elle la fin de la DMK ?

Togo–Le MPDD de Kodjo Agbéyomé refuse-t-elle la fin de la DMK ?

La question mérite d’être posée si on s’en tient au communiqué du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) portant exclusion définitive de son vice-président Gérard ADJA. Le parti de Kodjo Agbéyomé, dans cette publication datée du 12 Avril 2023, évoque encore un certain « écosystème DMK ».

Visiblement le parti politique du Dr Kodjo Agbéyomé semble s’inscrire dans un déni de fin de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK), regroupement qui a porté celui-ci aux élections présidentielles de février 2020 dont il continue de réclamer la victoire. Les récentes divergences entre le parrain Monseigneur Kpodzro et ses « poulains » conduits par Mme Brigitte Adjamagbo sur la participation aux élections législatives de cette année, ont amené les partis politiques constituant la DMK à prononcer sa mutation en « Dynamique pour la Majorité du Peuple ».

En dépit de ce fait réel et irréversible, on peut lire dans un communiqué du MPDD du 12 Avril 2023 : « Le Bureau Politique du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) informe l’opinion nationale et internationale de son alignement total et sans réserve sur la ligne politique de l’Ecosystème DMK réaffirmée le 10 avril 2023 par le Président démocratiquement élu du Togo, SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo ».

Il ressort de cette déclaration que le MPDD se refuse à accepter la fin de la DMK. Et à l’analyse, on peut comprendre la position de ce parti politique. Puisque la fin de la DMK emporte nécessairement et logiquement la disparition des revendications de victoire de Kodjo Agbéyomé, président du MPDD aux élections présidentielles de 2020.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.