25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Sénégal – Macky Sall, partira ou partira pas ?

Sénégal – Macky Sall, partira ou partira pas ?

En annonçant le report des présidentielles prévues pour le 25 Février de cette année, Macky Sall a créé un imbroglio sans précédent dans son pays. Ses déclarations face à la presse, de ne pas rester au pouvoir au-delà de la date d’expiration de son mandat, ne rassure guère.

Les sénégalais se seraient rendus aux urnes le dimanche prochain si le Chef de l’Etat, Macky  Sall n’avait pas décidé d’abroger le décret portant convocation du corps électoral. Cette décision a été suivie de multiples remous jusqu’à la fameuse décision du Conseil Constitutionnel qui a pris le contrepied du Chef de l’Etat et les députés de sa mouvance au Parlement.

Face  aux « Hommes de médias » hier soir, le Président sénégalais s’est voulu rassurant. Il a déclaré qu’il respecterait son mandat jusqu’à son expiration le 02 avril prochain. En lieu et place d’une date pour la tenue des élections devant lui trouver un successeur, Macky Sall a plutôt évoqué un dialogue censé apporter un consensus sur le processus électoral.

« Il est évident que le pays ne peut pas rester sans président. Les discussions détermineront la suite des événements et j’espère qu’un consensus émergera après ce dialogue » a-t-il déclaré.

Cette déclaration quelque peu ambigüe laisse entrevoir une intention de Macky Sall de se dédouaner de l’impossibilité d’élection d’un nouveau président avant la fin de son mandat. Si le Sénégal ne peut pas rester sans président, il faut alors en déduire que sans président élu, c’est celui dont la mandature est en instance ou expirée qui continue d’assumer les responsabilités de Chef d’Etat.

Au soir du 02 Avril 2024, Macky Sall quittera-t-il le palais présidentiel ? Bien malin celui qui détient la réponse à cette interrogation.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.