25 C
Canada
Tuesday, May 21, 2024
Accueil ACTUALITES Vaccination Covid-19 : Gal Yark tacle Dr Kouessan

Vaccination Covid-19 : Gal Yark tacle Dr Kouessan

Abordant la campagne de vaccination contre la Covid-19 au Togo, lancée par le gouvernement en mars dernier, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Gal Yark Damehame a, en quelque sorte, dénoncé ce qu’il appelle “l’inconstance” de Dr William Kuessan sur le sujet.

Yark Damehame se dit embarrassé par le comportement du leader du parti « Santé du peuple » qui, dans un premier temps, a appelé les gouvernants à la suspension de la campagne de vaccination, puis à aller lui-même se faire vacciner.

« Est-ce qu’il avait des raisons de demander la suspension. Nous sommes un pays souverain, ce n’est pas qu’en France on demande de suspendre et que toute suite, nous aussi on va suspendre », a-t-il indiqué à propos de Dr Kouessan.

Et d’ajouter : « J’ai aussi entendu quelqu’un dire qu’il faut suspendre et qu’il prend le gouvernement pour responsable. Aujourd’hui qu’est-ce qu’il va dire. Ce sont les mêmes qui disent vous copiez les Français, les blancs, les mêmes qui disent en Europe ils ont suspendu, il faut suspendre. Quand même, faisons confiance à notre Conseil scientifique ».  

En outre, au cours de son intervention, il a mis en garde les diffuseurs de fausses informations. « Faut pas qu’ils soient à l’origine du malheur d’un compatriote qui était prompte à se faire vacciner mais à cause de leur intoxication, la personne se rétracte. Qu’ils fassent beaucoup attention », a-t-il prévenu.

S’agissant de l’évolution de la campagne de vaccination au niveau national, 77.236 personnes sont déjà vaccinées au Togo, dont 34.478 agents de santé. Elle se poursuit donc avec les plus de 50 ans dans le Grand Lomé puis s’étend au personnel des hôtels, a communiqué le ministre.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.