25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-D1 : La 4e journée émaillée de violence à Sokodé

Togo-D1 : La 4e journée émaillée de violence à Sokodé

Le championnat national de football de première division était à sa 4e journée hier dimanche. Le match Sémassi vs Kakadl s’est terminé en queue de poisson pour des raisons de violence. La Fédération togolaise de football (FTF) annonce des sanctions.

La rencontre avait pourtant bien démarré. Le jeu se déroulait normalement. Puis, tout a basculé en toute fin de partie. A l’origine, un pénalty accordé à Sémassi FC de Sokodé dans un premier temps, annulé par la suite par l’arbitre central après concertation avec son assistant.

Pendant que Kakadl menait (2-1), la décision de l’arbitre n’a pas plu aux supporters de Sémassi. Ces derniers ont semé le désordre, utilisant des projectiles. Les forces de l’ordre ont dû faire usage de grenades lacrymogènes pour ramener l’ordre.

« Ces incidents viennent saper tous les efforts fournis par la Fédération Togolaise de Football et les autorités gouvernementales pour la reprise progressive des activités sportives avec le public. Dès lundi, 20 décembre 2021 (ce jour-ndlr), le Comité d’urgence de la FTF se réunira pour envisager des mesures à prendre pour éviter que la suite des championnats nationaux, ne connaisse des incidents similaires », a annoncé la Fédération togolaise de football (FTF) dans la soirée.

Selon la faîtière, la commission de discipline se réunira pour, lit-on, prendre des mesures provisoires et ouvrir une instruction afin de situer les responsabilités et sanctionner les auteurs de ces faits.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.