25 C
Canada
Sunday, May 19, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-CNOT : La ministre des sports rappelle à Deladem Akpaki les valeurs...

Togo-CNOT : La ministre des sports rappelle à Deladem Akpaki les valeurs de l’olympisme

Dans un courrier en date du 30 décembre 2022 transmis au CNOT (Comité Olympique Togolais) et rendu public, la ministre des Sports et des Loisirs, Dr Lidi Bessi KAMA, après avoir visé plusieurs lois, a décidé de la levée des sanctions contre les sieurs Dr Djobo Ben Tchedré Abass, LAMEGA Katema Massaberma, BIDAH Mawouna et Kassifon Mensah Louis. Ces personnes, membres du CNOT ont fait l’objet de sanction pour fautes graves de la part du Président du Comité Olympique Togolais, le sieur Akpaki Deladem.  

Selon plusieurs sources, après plusieurs mois d’observations et d’investigations, la patronne des sports a décidé de lever ces sanctions contre les personnes citées. La ministre en charge des Sports a profité de l’occasion pour rappeler les valeurs de l’olympisme, notamment la cohésion, l’inclusion, le vivre ensemble, etc. Elle a été rappelé que le CNOT n’est pas une faitière des fédérations nationales sportives qui sont délégataires du pouvoir de l’Etat. Le CNOT doit se cantonner dans ses prérogatives, notamment la promotion de l’olympisme dans un esprit inclusif et participatif.

En d’autres termes, Akpaki Deladem doit arrêter de se servir du CNOT à des fins de règlements personnels, notamment la mise à l’écart de ceux qu’il soupçonne de n’avoir pas porté leurs voix pour son élection au profit des amis qu’il est en train de copter dans l’institution. Au-delà des griefs portés contre les personnes suspendues, il semble que les réels motifs des suspensions sont ailleurs d’où la sortie de la ministre qui a mené ses propres enquêtes. Il faut rappeler qu’entre le sieur Akpaki Deladem et la ministre des Sports et des Loisirs, jadis proches, le courant ne passe plus depuis un certain temps.

Mme Lidi Bessi Kama avait rendu public un communiqué pour recadrer le président du CNOT après que ce dernier, en Turquie, s’est permis d’habiller les athlètes aux couleurs de son association de soutien à Faure Gnassingbé, nommé «  Restons Faure ». Les images de ces athlètes habillés sous le label de Faure ont indigné de nombreux observateurs qui ont largement réagi sur les réseaux sociaux.

En rappelant une fois de plus le premier responsable du CNOT à l’ordre, la ministre des Sports et des Loisirs tient à rappeler à chaque acteur les limites de ses prérogatives et surtout l’instrumentalisation des associations sportives à des fins de règlements de compte personnels, des actes contraire aux valeurs qui nourrissent des crises qui entrainent les disciplines sportives vers le bas. Le sieur Deladem Akpaki a-t-il compris le fond du message de la patronne des Sports ?

Visiblement non, puisqu’en réaction au communiqué de la ministre des Sports et des Loisirs, il a rendu public à son tour un communiqué tendant à accuser la ministre de voler au secours des personnes indélicates sanctionnées par le Comité. Ensuite ses partisans se sont violement attaqués à la ministre sur les réseaux sociaux.

Un bras de fer que certains assimilent à une arrogance et insubordination du patron du CNOT envers la ministre des Sports et des Loisirs.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
trackback
January 18, 2024 12:35 am

… [Trackback]

[…] Here you can find 50384 additional Information on that Topic: icilome.com/2023/01/togo-cnot-olympisme/ […]

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.