25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Une victime du massacre de migrants ouest-africains en Gambie témoigne

Une victime du massacre de migrants ouest-africains en Gambie témoigne

Un citoyen ghanéen qui a survécu au massacre d’environ 59 migrants ouest-africains, dont des Togolais, en juillet 2005 par un « escadron de la mort » paramilitaire en Gambie, a témoigné devant un tribunal ce jeudi 19 janvier 2023, dans la ville allemande de Celle, ANEKED, ont annoncé Human Rights Watch et TRIAL International. L’escadron de la mort aurait été mis en place par le président gambien de l’époque, Yahya Jammeh. Le procès porte sur Bai L., qui aurait été impliqué dans les meurtres.

Avec un groupe d’autres citoyens ouest-africains, notamment du Ghana, du Nigéria, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Togo, Martin Kyere, le Ghanéen qui a témoigné, a été arrêté par les forces de sécurité gambiennes dans la ville de Barra en juillet 2005. Jammeh aurait soupçonné que les migrants étaient des mercenaires complotant un coup d’État contre lui et aurait ordonné à l’escadron de la mort des “Junglers” de tuer les migrants. Seul Kyere a réussi à s’échapper, et il se mobilise depuis pour les familles des victimes et demande justice.

“Moi-même et toutes les familles des victimes prions chaque jour pour que les auteurs du massacre de 2005 soient traduits en justice”, a déclaré Oduro Mensah, frère d’une victime ghanéenne du massacre. “Le témoignage de Martin est très important car il contribuera à faire la lumière sur les événements qui m’ont éloigné mon frère”, a-t-il ajouté.

Les arrestations

En mars 2021, les autorités allemandes ont arrêté Bai L., un membre présumé des Junglers qui vivait à Hanovre. Son procès a commencé le 25 avril 2022 et devrait se terminer bientôt. Il s’agit du premier procès fondé sur la compétence universelle pour juger les atrocités commises sous le règne de Jammeh. Un autre Jungler présumé, Michael Correa, a été inculpé aux États-Unis en juin 2020. Correa est accusé d’avoir torturé des détenus à la suite d’une tentative de coup d’État en Gambie en 2006. En Suisse, une enquête contre l’ancien ministre de l’Intérieur Ousman Sonko pour crimes contre l’humanité est en cours depuis son arrestation en 2017.

Poursuites judiciaires

Ce procès de Bai L. est possible parce que l’Allemagne reconnaît la compétence universelle sur certains crimes graves de droit international, permettant l’enquête et la poursuite de ces crimes où qu’ils aient été commis, et quelle que soit la nationalité des suspects ou des victimes. Les autorités allemandes ont été des chefs de file dans la poursuite des affaires de compétence universelle, ont déclaré les groupes de défense des droits de l’homme.

Les procureurs allemands accusent Bai L., en tant que Jungler, d’avoir conduit ses complices sur diverses scènes de crime entre décembre 2003 et décembre 2006. Il est accusé d’avoir participé au meurtre de Deyda Hydara, journaliste et cofondatrice du journal gambien The Point ; le meurtre de Dawda Nyassi, un opposant présumé de l’ancien président ; et la tentative de meurtre d’Ousman Sillah, un avocat.

Dans son rapport final, la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) de Gambie a appelé à la poursuite de Bai L. dans le cadre des affaires Hydara et Sillah, ainsi que dans le meurtre des migrants ouest-africains en 2005. Selon Human Rights Watch, Bai L. lui-même a fourni des détails sur ces événements dans des interviews radiophoniques de 2013 et 2014.

En octobre 2022, Bai L. a fait une déclaration pour la première fois depuis le début de son procès, dans laquelle il affirmait que les détails partagés sur ces meurtres lors des entretiens de 2013 et 2014 étaient basés sur des éléments qui lui avaient été rapportés par d’autres, et qu’il n’avait pas fait partie des Junglers.


Jammeh2Justice

« Le témoignage de Martin Kyere est très important pour le procès, car il est le seul témoin connu qui a survécu au massacre. Sa déclaration illustrera une fois de plus la nature généralisée de l’attaque contre la population civile ordonnée par le président Jammeh et exécutée par les Junglers », a déclaré Dr Peer Stolle, l’avocat de Kyere, avant la présentation de son client.

Selon les observateurs internationaux, les 22 ans de règne de Jammeh ont été marqués par une oppression systématique et des violations généralisées des droits humains, notamment la torture, les exécutions extrajudiciaires, les disparitions forcées et la violence sexuelle contre des opposants réels et supposés. Bien que le meurtre de ces migrants soit l’une des atrocités les plus meurtrières commises sous le régime de Jammeh, leurs familles attendent toujours que justice soit rendue.

L’engagement inlassable de Kyere pour la vérité et la justice l’a amené à voyager à travers le Ghana pour retrouver les familles des personnes qui avaient voyagé avec lui, ce qui a fait la lumière sur le massacre.

Les responsables de l’ère Jammeh auraient entravé dans le passé, les tentatives d’enquêter sur le massacre, y compris l’enquête conjointe des Nations Unies et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en 2008.

La campagne « Jammeh2Justice », composée de victimes de l’ancien régime et d’activistes gambiens et internationaux, a déclaré que le gouvernement devrait prendre des mesures concrètes pour traduire Jammeh et ses complices en justice.

Le procureur général gambien Dawda Jallow et le président de la Commission de la CEDEAO, Omar Touray ont récemment entamé des discussions sur la création d’un tribunal hybride “pour la poursuite des violations des droits de l’homme par et sous l’ancien président Jammeh”.

Le gouvernement a également annoncé son intention de créer un bureau du procureur spécial chargé de préparer les preuves pour le procès.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Tony
Tony
January 20, 2023 11:09 am

Au Togo c’est les memes crimes de sang aucune difference entre yaya jammeh et Faure.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.