25 C
Canada
Saturday, April 20, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Ferdinand Ayité sur la suspension de « Liberté »

Togo-Ferdinand Ayité sur la suspension de « Liberté »

La presse togolaise est en danger. C’est d’ailleurs une lapalissade. Pas besoin d’être un observateur avisé pour s’en rendre compte.

Sur son compte Facebook, Ferdinand Ayité du journal d’investigation et d’analyse « L’Alternative » a réagi à la nouvelle sanction de la Haut Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) contre le confrère « Liberté ». Pour ce Directeur de publication, la suspension de trois mois du Quotidien relève seulement du charlatanisme.

« De Yaoundé à Dakar en passant par Kigali pour Lomé, la presse indépendante est à l’agonie, sinon morte. Sur décision des pouvoirs politiques. La suspension de trois mois du Quotidien Liberté relève d’un charlatanisme juridique dont le Togo seul a le secret. Dans cette affaire, l’histoire retiendra que l’avocat attitré du journal est devenu l’avocat de la plaignante par solidarité préfectorale », regrette Ferdinand Ayité.

Et d’ajouter : «  Au Togo, il n y a plus de limite à rien, les valeurs ont déserté la cité. Nous restons solidaires de nos confrères du Quotidien Liberté qui resteront trois mois à la maison sans travailler. Ainsi va la République ».

3 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
3 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] iciLome […]

Krilin
February 3, 2023 7:05 pm

«… Dans cette affaire, l’histoire retiendra que l’avocat attitré du journal est devenu l’avocat de la plaignante par solidarité préfectorale », regrette Ferdinand Ayité.
qui était l’avocat du journal Liberté? humm, quel pays?

Krilin
February 3, 2023 7:10 pm

« … Dans cette affaire, l’histoire retiendra que l’avocat attitré du journal est devenu l’avocat de la plaignante par solidarité préfectorale », regrette Ferdinand Ayité.
le togo et le cameroun, 2 pays qui se ressemblent

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.