25 C
Canada
Wednesday, May 22, 2024
Accueil ACTUALITES Togo- Alternance politique: L'optimisme de Mme Adjamagbo

Togo- Alternance politique: L’optimisme de Mme Adjamagbo

Les vendredi 10 et samedi 11 mars 2023, s’est tenu au quartier Gbényedi à Lomé, le 7e congrès ordinaire de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA). Deux jours d’intenses travaux qui sont soldés par la réélection de Madame Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson à la tête du parti rose pour un nouveau et dernier mandat de cinq ans au titre de Secrétaire Générale de la CDPA. Pour ses premiers échanges avec la presse après sa brillante réélection samedi, Madame Adjamagbo Johnson est revenue sur les orientations à elle données par les camarades congressistes qui l’ont élue.

Apparemment, on ne change pas une équipe qui gagne ?

Écoutez, quand on est en plein combat, je pense qu’on a plutôt le souci de renforcer une équipe qui est déjà à l’œuvre, et de lui demander de préparer l’avenir. L’avenir qui suppose qu’il y ait une équipe de jeunes qui soit une équipe montante et qui prenne la relève dans cinq ans. C’est quelque chose qui nous tient à cœur. L’autre chose qui nous tient à cœur, c’est que d’ici le prochain congrès, nous mettions fin à ce combat-là ; qu’on le gagne et que la voie soit enfin libérée pour que les générations futures puissent vraiment se mettre à construire ce pays, et avoir une vision politique à laquelle elles pourront travailler pour l’avancement de notre cher Togo.

Deux jours de congrès, la particularité ?

Eh bien, nous nous somme parlé. Franchement, ça n’a pas été facile. Nous avons
discuté de tous les sujets. Il n’y a pas eu de sujet tabou. Et, en cette période difficile
que nous traversons, nos camarades congressistes nous ont donné des orientations
très claires parmi lesquelles,  l’unité d’actions qui nous ressemble, car faisant partie
de notre identité à la CDPA. Aussi de nombreuses autres recommandations ont-elles
été faites, telles que la nécessité de renforcer le panafricanisme qui fait partie aussi
de notre identité, mais qui a de plus en plus d’adhérents dans notre pays et aussi en
Afrique où les peuples comprennent qu’il n’y a point de salut sans ce panafricanisme qui va nous permettre de libérer notre pays de la domination extérieure, de conquérir une véritable souveraineté de nos pays et de faire en sorte que ce soit des dirigeants qui travaillent à nos intérêts qui soient à la tête de nos pays et de positionner l’Afrique dans le monde. Ce monde où tout est en chamboulement et où les cartes se jouent… eh bien, nous devons faire en sorte que dans ce nouvel ordre mondial qui sortira de tout ce qui se joue, notre Afrique puisse aussi se positionner comme une future force puissance et s’imposer.

La CDPA et les prochaines élections, qu’est-ce que ça donne ?

Les congressistes nous ont donné un mandat qui nous laisse une marge de manœuvre. Ils nous ont dit : Inspirez-vous des stratégies, des choix de nos prédécesseurs à l’époque de la lutte pour les indépendances. Ils ont fait des choix très intelligents sachant évaluer les choses et, sans fétichisme, sans dogmatisme, sans pression aucune, ont su décider si les conditions sont réunies pour qu’ils aillent aux élections dans l’intérêt de la lutte qu’ils mènent et, se sont retenus quand il s’avère que les conditions ne sont pas réunies. Vous avez appris ce qui s’est passé dans les années 1956 et 1958.

Alors, on nous a donné le mandat de faire comme tout parti politique, le choix de
nous préparer. Pour que les élections se gagnent, il faut se préparer en amont. Ce travail là, on nous a donné ordre de le faire. Mais, on nous a dit : Attention, regardez et, précisément la solution intelligente qui va s’imposer, c’est celle-là que
vous allez prendre.


Votre mandat est placé sous quel sceau ?

C’est le sceau du renforcement du parti, de la préparation de la relève par la
jeunesse, et tout autant de la poursuite et la fin du combat. C’est un rêve personnel, c’est un engagement personnel et, j’emploierai tous les moyens possibles que j’ai pour faire en sorte que ce combat-là se termine avant que je ne quitte la tête de ce parti au prochain congrès.

Propos recueillis et transcris par Sylvestre BENI

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.