25 C
Canada
Friday, May 24, 2024
Accueil OPINIONS Afrique-Il s’appelait Harry Belafonte

Afrique-Il s’appelait Harry Belafonte

Fils de la Jamaïque, fils de l’Amérique, et fils de l’Afrique, il a beaucoup fait pour les peuples noirs, sous toutes les latitudes. Il aimait les gens. Dieu qu’il savait aimer !

C’est un déluge d’hommages qui est déversé sur la mémoire de Harry Belafonte, éloges, l’annonce de son décès, ce mardi 25 avril. Précurseur dans la musique comme dans le cinéma, la superstar afro-américaine a aussi été un très efficace militant des droits civiques, aux États-Unis, doublé d’un humaniste et d’un panafricaniste qui a représenté beaucoup pour l’Afrique et les Africains.

Harry Belafonte a émerveillé des générations d’Africains, depuis les années cinquante. À l’époque où il éclaboussait tout de sa classe et de son talent, la ségrégation raciale était encore une industrie florissante, aux États-Unis, et en Afrique, la domination coloniale prospérait toujours. Pour les peuples africains, Belafonte était, plus qu’une fierté, la preuve vivante qu’un jour, comme dit un célèbre negro spiritual, persuadé, du fond du cœur, qu’un jour nous vaincrons : « Deep in my heart, I do believe, We shall overcome someday. »

Avec Sidney Poitier, il était alors, au cinéma, un des rares Noirs à échapper aux rôles d’esclaves ou de domestiques. Et même lorsqu’il se retrouve en amour dans un film avec une femme blanche, « Le monde, la chair et le diable », à la fin, les producteurs suppriment toutes les scènes d’amour, sous prétexte que l’Amérique n’était pas prête à accepter cela.

Lorsque avec sa seconde épouse, blanche, il trouve, à New York, l’appartement qui leur convenait, on le leur refuse, au motif que le quartier ne pouvait supporter un couple mixte. Alors, il achète tout l’immeuble de vingt-trois étages, s’offre les deux derniers, tout en haut, et cède le reste à des gens plus tolérants. Cela donnera naissance à la première copropriété de New York. À propos du racisme, il aimait répéter ceci : « Pour nous, en tant qu’êtres humains, la vie humaine n’a pas de couleur. »

Sa proximité avec Martin Luther King était légendaire

Dans ces années de grande souffrance pour les siens, Harry Belafonte symbolisait les certitudes d’espérance des peuples noirs, sous toutes les latitudes. Surtout, il agissait. Il aidait. Il était le confident du Dr King, et le meilleur, pour lever des fonds pour les actions civiques du révérend.

L’histoire a retenu le fameux discours de Martin Luther King à Washington : « I have a dream ». Ce que beaucoup ignorent, c’est que ce meeting géant doit énormément à Belafonte, qui a mobilisé tous ses amis stars de Hollywood pour en rehausser l’éclat de leur présence, et plusieurs témoignages concordent à reconnaître que c’est dans son appartement que ce fameux discours a été conçu.

Dizzy Gillespie, Charlie Parker, Billie Holiday, Miles Davis… l’ont beaucoup aidé à s’imposer dans la musique, et lui le rendra à d’autres, au centuple. Grâce à sa générosité, il a pu changer son destin et celui de nombreuses personnes autour de lui. Il était d’ailleurs, en 1956, le premier artiste à vendre plus d’un million d’albums, avec Banana Boat Song, et il trônera 99 semaines dans les hit-parades. Seul Michael Jackson parviendra à le détrôner, en termes de ventes.

Quelle place tenait l’Afrique dans cette vie si active ?

L’Afrique était en permanence présente dans la vie de l’artiste. À l’indépendance du Ghana, en 1957, Martin Luther King était à Accra. Harry Belafonte pouvait-il ne pas y être ? Non ! Les Noirs d’Afrique du Sud subissaient la pire forme de ségrégation : l’apartheid. Belafonte y répond, en révélant au monde une certaine Miriam Makeba, jeune et timide chanteuse noire sud-africaine, qu’il poussera à devenir l’icône que l’on sait.

Plus récemment, en août-septembre 2002, il est à Johannesburg, au Sommet mondial sur le développement durable. Parce que, Belafonte, concerné, était toujours au premier rang, lorsque l’Afrique devait se présenter au monde. C’était, là, sa fibre de fils de la Jamaïque, fils de l’Amérique, et fils de l’Afrique.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Rita bray
Rita bray
April 29, 2023 7:13 pm

Well I don’t know what I would have become if I wasn’t help by one of the anti frauds company. Do you know what happened guys..? 12/4/2021,I decided to play along to a recovery come pay to know what lead to my los. It’s a surprise that not what I expected. My money was recovered I must say LF r es cue •org was really helpful. Nice service rendered Home Depot Survey To unsubscribe, please visit LFrescue •org here or write to: PO Box 4668 #85910 New York,
NY 10163-4634 Opt Out.
Visit them on WhatsApp +84 94 767 15 24.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.