25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Les finalistes du Prix Littéraire Komla Messan Nubukpo – théâtre 2023 connus...

Les finalistes du Prix Littéraire Komla Messan Nubukpo – théâtre 2023 connus !

C’est avec une grande excitation que nous vous présentons aujourd’hui les finalistes du Prix Littéraire Komla Messan Nubukpo 2023 dédié au théâtre. Les membres du jury, engagés depuis le 1er mai 2023, ont étudié avec passion les douze candidatures soumises et ont sélectionné trois finalistes qui se sont démarqués par leur talent exceptionnel et leur créativité.

La délibération

Les participants à la réunion comprenaient le président du jury, Litinmé Koffi Molley, le vice-président du jury, Nourh-Dine Akondo, ainsi que les membres Ketline Adodo, Komi Seexonam Amewu et le rapporteur Kokouvi Soletodji. Notons également la présence de Kokou Henekou, président du Comité d’organisation du FESTILARTS. La séance a été présidée par Litinmé Koffi Molley.

Le jury a commencé par vérifier la conformité des œuvres présélectionnées, en se concentrant notamment sur leur éligibilité et leur date de publication, conformément aux dispositions du règlement du Prix. Une pièce non éditée à ce jour a donc été disqualifiée.

Le constat général de lecture a révélé que les œuvres en lice témoignent d’une volonté de renouvellement esthétique. Les sujets traités se distinguent par leur originalité, leur universalité et leur dimension philosophique, mettant en lumière les mutations de nos sociétés et la précarité des marginaux.

Les sélectionnés

Après des débats intenses, le jury a sélectionné trois finalistes parmi lesquels le lauréat sera choisi. À l’issue des débats, le jury a sélectionné trois (3) finalistes. Il s’agit, par ordre alphabétique, de :

Well Dogbatse

Well DOGBATSE est titulaire d’un doctorat en littérature africaine. Ses recherches portent sur le théâtre togolais et les enjeux du postmodernisme dans la littérature africaine.

Il est membre du Laboratoire de Recherche sur les Littératures Africaines et Francophones (LaRLAF). Enseignant de français au lycée, il est également chargé de cours de vacation à l’Université de Lomé. DOGBATSE a publié Les Vendeurs d’âme en 2013(et en 2015), et La Danse des scorpions en 2021.

Ses pièces de théâtre inédites (Le Président de la rue-publique, La Démangeaison, Les Fils du 11 mai, La Fiche d’entrée, La Confession des mange-mil, Tout ça pour ça, Les Ames de Golgotha) sont souvent présentées en lecture-spectacle dans les écoles. Il a aussi écrit La Tueuse invisible (Nouvelle inédite).

Marléne Douty

Marléne Douty est un dramaturge et metteur en scène togolais. Il commence sa carrière très jeune comme comédien dans plusieurs compagnies à Dapaong, Kara puis Lomé.

Après une dizaine d’années d’expérience, il fonde en 2014 sa propre compagnie dénommée Clinik’Art association culturelle. Les créations s’enchainent et bientôt les portes de l’Afrique de l’ouest s’ouvrent. De 2015 à 2018, ses spectacles comme Préambule ou Omar et la calebasse sont joués des dizaines de fois au Niger, Mali, Bénin, Burkina Faso et Côte d’Ivoire. Il arrive à l’écriture en 2012 en co-écrivant avec Luc Alanda Koubidina la pièce Lecturine. Il écrit ensuite 14, pas 11 (2014, Editions Plurielles du Bénin et Awoudy du Togo ; Mélanfolique (2019, inédit) ; Vieux le père, dieu le fils (2020, Editions Awoudy) ; Apocalypse 12:09 (2021 Editions Awoudy). Il est le metteur en scène de plusieurs spectacle dont : Mélanfolique (2019) ; alo lele (2020), Avouhan (2021) ; 14, pas 11 (2022).

Titulaire d’un Master en droit privé fondamental (UL, 2018) et d’un Master en Développement Culturel (IRES-RDEC, 2020), Marléne Douty est aussi diplômé du Studio Théâtre d’Art de Lomé (STAL, 2018). Président de la Fédération des Gens de Théâtre du Togo depuis 2020, il dirige la Compagnie de théâtre Clinik’Art et est également membre du Réseau d’auteurs Escale des Ecritures.

Jean Kantchébé

Jean Kantchébé est venu à l’écriture avec la montée du théâtre et des écritures dramatiques des années 90. Il obtient un DEA en philosophie et sciences humaines en 1998 à l’université de Lomé, et se met en contact avec les ateliers et chantiers d’écriture qu’organisent au Togo Ecritures vagabondes, La Comédie de Saint-Etienne et le FESTHEF.

Il gagne deux fois de suite le prix Plumes togolaises avec les pièces Dambé, la Fille du Roi et Le Traquenard, bénéficie d’une bourse Beaumarchais pour une résidence d’écriture  au Maroc en 2003 et publie Jumel’âges, unecommande du Centre dramatique National La Comédie de Saint-Etiennechez Lansman en 2005. Ses pièces font l’objet de créations de spectacles, de lectures publiques dans les événements culturels au Togo (Festhef, Festha, FilBleu, Festival Damwôcil), en Afrique (Racines et Fitheb au Bénin, Fitha en Côte d’Ivoire, Récréatrales à Ouagadougou), au Québec (Festival Du Jamais Lu), au Théâtre du Rond-point à Paris, à la Résidence d’écriture Voisinages au Maroc et dans la formation en théâtre dans les universités au Togo.

Présent à travers le réseau d’auteurs Escale des Ecritures, dans les milieux scolaires et culturels du Togo où il organise ateliers, chantiers, résidences d’écriture, cafés-lecture et concours d’écriture, il est auteur de plusieurs pièces de théâtre. En plus des activités culturelles et de l’écriture, il exerce le métier d’enseignant de Philosophie et de français à Lomé. Membre fondateur du réseau Escale des Ecritures depuis sa création en 2002, il en est l’actuel Président.

Qui sera le lauréat du PL-KMN Théâtre 2023 ?

Pour rester informés de l’évolution de cette compétition passionnante, nous vous invitons à suivre de près les prochaines annonces. La tension monte et les attentes se font de plus en plus vives !

Rappelons que le prix a reçu le soutien de l’ADEPT/CODIREL et du CELHTO – UA.

Source : nimblefeathers.com

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.