25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Sommet Russie-Afrique : Pourquoi le (jeune) Capitaine-Président Ibrahim Traoré a séduit Vladimir...

Sommet Russie-Afrique : Pourquoi le (jeune) Capitaine-Président Ibrahim Traoré a séduit Vladimir Poutine

Vladimir Poutine n’y est pas allé de main morte. Sur la photo de famille des chefs d’Etat, il a, carrément, dérogé à la règle (non écrite) en mettant à sa droite, le jeune capitaine-président du Burkina Faso, Ibrahim Traoré, auteur d’un discours qui fera date, lors de ce deuxième Sommet Russie-Afrique, discours qui a déstabilisé plusieurs de ses aînés dans la salle et qui a, pour sauver les apparences, entraîné une réplique (pas du tout convaincante) de son aîné, Macky Sall, le chef de l’Etat du Sénégal. Après avoir écouté le jeune président du Faso, on peut dire, en toute fierté, qu’il ne faut pas désespérer de l’Afrique et encore moins de sa jeunesse. Même si ce n’est toujours pas visible, il y a du répondant. Le président russe a placé, volontairement, au premier rang de la photo de famille, ses courageux alliés du Centrafrique, Faustin-Archange Touadéra et du Mali, Colonel-Président, Assimi Goïta, qui pour l’occasion, contrairement, au Capitaine-Président du Faso, Ibrahim Traoré, avait troqué son treillis militaire qui laisse souvent apparaître son pistolet sur la hanche, dont il ne se sépare, jamais, au Mali. A Saint-Pétersburg, certainement, pour ne pas effrayer les chefs d’Etat (dont beaucoup ont une peur bleue des coups d’état), il a dû le laisser à l’hôtel. Toutefois, en signe de désapprobation à l’endroit du maître des lieux, le président de l’Ouganda, l’ex-guérillero, Yoweri Museveni, qui lui-même arriva au pouvoir, en 1986, par un coup d’état militaire, le président, Denis Sassou-Nguesso, du Congo-Brazzaville dont on se rappelle les ravages provoqués dans Brazzaville lors de son coup d’état qui évinça, en octobre 1997, le professeur, Pascal Lissouba, démocratiquement, élu en 1992, ont boudé la photo de famille, refusant d’apparaître aux côtés des putschistes du Faso et du Mali. Il en est de même d’Umaro Sissoco Embalo, le président-plaisantin de la Guinée-Bissau, qui a dû suivre les pas de son « papa » Sassou-Nguesso, en restant à l’écart.

Si on est une jeunesse africaine qui souffre, véritablement, au point d’être tenté par l’aventure européenne qui passe par la (périlleuse) traversée de la Méditerranée, on ne peut pas ne pas prêter une oreille attentive au très beau discours prononcé par le capitaine-président du Faso, Ibrahim Traoré. Nous vous le livons ci-dessous dans son intégralité :

« Camarade Président Vladimir Poutine, Camarades Présidents et chefs d’Etat africains,

Camarades Chefs de délégation,

Bonjour,

C’est un honneur pour moi de prendre la parole ici et de vous passer le salut fraternel du peuple du Pays des Hommes intègres. C’est aussi le lieu pour moi, avant tout propos de rendre grâce à Dieu, Dieu tout puissant qui nous a permis de nous réunir ici ce matin en bonne santé pour parler de l’avenir et du bien-être de nos peuples.

Je voudrais m’excuser auprès des aînés que je pourrai vexer dans mes propos à venir. Africanité, oblige, le droit d’ainesse, je me dois de m’excuser.

Camarades,

J’ai quelques questions de ma génération. Mille et une questions qu’on se pose. Mais nous n’avons pas de réponse. Il se trouve qu’ici, nous pouvons laver notre linge sale parce qu’on se sent en famille. On se sent en famille en ce sens que la Russie est aussi une famille pour l’Afrique. C’est une famille parce que nous avons la même histoire.

La Russie a consenti d’énormes sacrifices pour libérer le monde du nazisme pendant la seconde guerre mondiale. Les peuples africains, nos grands-pères ont été déportés de force aussi pour aider l’Europe à se débarrasser du nazisme. Nous partageons la même histoire en ce sens que nous sommes les peuples oubliés du monde. Que ce soit dans les livres d’histoire, dans les documentaires ou films, on tend à balayer le rôle prépondérant qu’ont joué la Russie et l’Afrique dans cette lutte contre le nazisme. Nous sommes ensemble parce qu’actuellement, nous sommes là pour parler de l’avenir de nos peuples, de ce qui va advenir demain, de ce monde libre auquel nous aspirons, de ce monde sans ingérence dans nos affaires internes.

Nous avons les mêmes perspectives, et je souhaite que ce Sommet soit l’occasion de pouvoir tisser de très bonnes relations en vue d’un meilleur avenir pour nos peuples.

Les questions que ma génération se pose sont les suivantes, si je peux me résumer, c’est de ne pas comprendre comment l’Afrique avec autant de richesses sur son sol, avec une nature généreuse, de l’eau, du soleil en abondance, l’Afrique est aujourd’hui le continent le plus pauvre ? L’Afrique est un continent affamé. Et comment se fait-il que nos chefs d’Etat traversent le monde pour mendier ? Voici des questions que nous nous posons et que nous n’avons pas de réponse jusque-là. Nous avons l’occasion de tisser de nouvelles relations et j’espère que ces relations puissent être les meilleures pour donner un meilleur avenir à nos peuples

Ma génération me charge aussi de dire que c’est par le fait de la pauvreté qu’elle est obligée de traverser l’océan pour essayer de rallier l’Europe. Elle meurt dans l’océan. Mais, que prochainement, elle n’ira pas vers l’océan parce qu’elle viendra devant nos palais pour chercher sa pitance quotidienne.

Pour ce qui concerne le Burkina Faso, aujourd’hui, nous sommes confrontés depuis plus de huit ans à la forme de manifestation la plus barbare, la plus violente du néocolonialisme, de l’impérialisme ; l’esclavage qu’on tend à nous imposer. Nos devanciers nous ont appris une chose ; “l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort”. Nous ne nous apitoyons pas sur notre sort, on ne demande pas que quelqu’un s’apitoie sur notre sort.

Le peuple burkinabè a décidé de lutter : de lutter contre l’hydre terroriste pour relancer son développement. Dans cette lutte, de vaillantes populations se sont engagées à prendre des armes face au terrorisme. Ceux que nous avons affectueusement appelé les VDP, les Volontaires pour la défense de la patrie.

Nous sommes surpris de voir des impérialistes traiter ces VDP de milices de tout type. C’est décevant parce qu’en Europe, lorsque des peuples prennent des armes pour défendre leur patrie, on les appelle des patriotes. Nos grands-pères ont été déportés pour sauver l’Europe. Ce n’était pas avec leur consentement, c’était contre leur gré. Mais au retour, on se rappelle bien qu’à Thiaroye lorsqu’ils ont voulu revendiquer leurs droits élémentaires, ils ont été massacrés. Cela ne fait rien. Lorsque nous, peuples, décidons de nous défendre, on nous traite de milices. Mais là, n’est pas le problème. Le problème, c’est de voir des chefs d’Etat africains qui n’apportent rien à ces peuples qui se battent mais qui chantent les mêmes choses que les impérialistes en nous traitant de milices, en nous traitant d’hommes, qui ne respectent pas les droits de l’Homme. De quels droits de l’Homme parle-t-on ? Nous nous offusquons contre cela et c’est honteux. Il faut que nous les chefs d’Etat africains arrêtions de nous comporter en marionnettes, qui dansent à chaque fois que les impérialistes tirent sur les ficelles.

Hier, le Président Vladimir Poutine a annoncé l’envoi de céréales en Afrique. Nous sommes bien contents et nous lui disons merci pour cela. Mais aussi, un message passé à nous chefs d’Etat africains parce qu’au prochain Sommet, nous ne devrons pas venir ici sans avoir assuré pour ceux qui ne connaissent pas la guerre l’autosuffisance alimentaire à nos peuples. Nous devons prendre l’expérience de ceux qui ont pu atteindre cet objectif en Afrique, tisser de bonnes relations ici, tisser de meilleures relations avec la Fédération de Russie pour pouvoir répondre aux besoins de nos populations.

Je ne serai pas très long,

Le temps imparti étant court, mais, je voudrais terminer en disant que nous devons rendre hommage à nos peuples, à nos peuples qui se battent.

Gloire à nos peuples

Dignité à nos peuples

Victoire à nos peuples» (fin du discours du jeune capitaine-président du Faso).

Trouble dans la salle car le discours sans concession du jeune président, issu d’un coup d’état militaire, crache des vérités bibliques, qui mettent tous les chefs d’Etat présents mal à l’aise. Afrique Education, qui avait lancé la campagne pour dénoncer le voyage des sept chefs d’Etat qui étaient annoncés à Kiev et à Moscou pour y proposer un plan de paix et quémander les céréales, s’était demandé pourquoi avec de vastes terres inoccupées, les pays africains n’arrivaient pas à s’organiser pour assurer leur autosuffisance en céréales au lieu d’aller pleurer devant Volodymyr Zelensky et Vladimir Poutine, qui, eux, savent mettre leurs terres en valeur ? La déception du jeune président Traoré est (absolument) partagée par Afrique Education.

Mais, pour essayer de sauver les apparences, le président du Sénégal, Macky Sall (dont l’image est bonne en Afrique parce qu’il a pris la décision très sage de ne pas briguer un troisième mandat), a pris la parole pour défendre l’indéfendable. Voici ses propos :

« Pour répondre à notre jeune frère, notre cadet, le président du Faso. L’Afrique, les chefs d’Etat africains, ne sont pas venus ici pour mendier. Tout comme nous n’allons pas ailleurs pour tendre la main. Nous travaillons pour un partenariat de la dignité entre les peuples. C’est le même discours qu’on tient à Dakar, ici à Saint-Pétersbourg, ou à Washington. Je pense que le combat de l’Afrique, c’est d’abord un combat pour la dignité, et ce combat, il transcende les générations. Je suis heureux d’être aux côtés du président Museveni (Ouganda) ou du président Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) qui ont été pour certains des combattants de la liberté et pour d’autres des modèles de  résilience. Chaque génération a son combat à mener. Le nôtre est de combattre le terrorisme qui est en train de gangrener notre continent, mais aussi, c’est de travailler pour le développement de notre continent », a répliqué le président du Sénégal, Macky Sall dont l’intervention était à des années lumière de la hauteur de celle de son jeune frère, capitaine-président, Ibrahim Traoré.

3 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
3 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
ahleras
ahleras
July 31, 2023 1:51 pm

On a deja entendu ces genres de discours, il est jeune mais ne doit pas repeter les erreurs de Thomas Sankara. Ce que bon nombre d’ Africains ne savent pas est que la guerre en Ukraine est une guerre coloniale deguisee. Les Ukrainiens subissent la domination Russe un peu plus de 500 ans maintenant et on compte sur Wagner qui est dirige par un criminel qui defie son patron et bienfaiteur.
Qu’ est ce qu’ un pays avec une economie de la taille de celle de l’ Italie peut vous offrir? Pas grande chose mais peut tres bien vous prendre en domination parce que vous etes riches en matiere premiere. La Russie cherche tout comme la Chine, la Turquie, l’ IRan et les USA leur pays en Afrique. On a pas besoin de discours tonitruant. Eliminer plutot le terrorisme, battez vous pour un prix juste pour nos matieres premiere, reduire la corruption dans nos pays pour mobiliser plus de resources et je ne parlerai pas de development car c’ est une autre histoire mais plutot de bien etre de nos population qui peut se faire sans development.

docteur souad
docteur souad
July 31, 2023 9:30 pm
Reply to  ahleras

Thomas sankara a été trahi par ses fréres, des africains hypocrites qui sont des ennemis de l’Afrique. Des suppôts de satan qui poignardent leurs fréres dans le dos

trackback

[…] le Colonel-général Younous-Bek Evkourov, la venue de cette délégation russe fait suite aux discussions déjà entamées en Russie entre le Capitaine Traoré et le président russe, Vladimir […]

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.