25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Officiel: TéléSud ferme ses portes

Officiel: TéléSud ferme ses portes

Créée en 1998, basée à Paris, TéléSud, une chaîne de télévision généraliste à destination du monde africain, en grande difficulté financière, met la clé sous le paillasson.

C’est l’histoire d’un média censé représenter la voix du continent africain dans le monde. Sauf qu’il ne parvient pas, obligé de disparaître plutôt que prévu.

En novembre 2019, une liquidation judiciaire conduit TéléSud à cesser d’émettre. A l’époque, c’est la famille Bongo qui l’incarnait.

C’est alors que le sulfureux homme d’affaires camerounais Jean-Pierre Amougou Belinga, le président directeur général du Groupe L’Anecdote, met tout en œuvre pour racheter la télévision sise à Saint-Cloud, à l’ouest de Paris. Avec les soutiens des autorités camerounaises.

Beaucoup de promesses font faites. L’équipe rédactionnelle requinquée. Sa diffusion reprend en avril 2020. Cette embellie est de courte durée. L’audience de la  chaîne ne parvient pas à décoller. A cause de l’image détestable de son actionnaire principal ?

Toujours est-il qu’elle est mise en vente depuis début 2023. Entre-temps, l’affaire Martinez Zongo emporte Jean-Pierre Amougou Belinga. Ce dernier, soupçonné d’être le commanditaire de l’assassinat crapuleux du célèbre journalisme, animateur de l’émission populaire « Embouteillages », vit désormais en prison.

Ne trouvant toujours pas de repreneur, la fermeture de ses locaux est décidée. « C’est officiel, TéléSud ferme ses portes », confirme Laurent Leleux, son rédacteur en chef. Une nouvelle confirmée par les proches du principal actionnaire.

Depuis sa création, cette chaîne de télévision n’a jamais réussi à s’imposer. Des débuts contrariés, son existence appartient désormais à l’histoire. A qui la faute ?

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.