25 C
Canada
Sunday, April 11, 2021
Accueil ACTUALITES Le Premier ministre arménien Pashinyan qualifie la demande de l'armée de démissionner...

Le Premier ministre arménien Pashinyan qualifie la demande de l’armée de démissionner de « coup d’État manqué »

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan s’est adressé jeudi à des milliers d’alliés qui ont répondu à son appel à se rassembler dans la capitale Erevan dans une manifestation de soutien après que l’armée a appelé à sa démission. Pashinyan a dit à l’armée de faire son travail et de défendre le pays, et a déclaré que les Arméniens ne permettraient pas qu’un coup d’État militaire ait lieu. Il a dit que la question de sa démission ne pouvait être tranchée que par le peuple. “La situation est tendue, mais nous devons convenir qu’il ne peut y avoir d’affrontements”, a déclaré Pashinyan à ses partisans via un mégaphone, ajoutant que la nouvelle instabilité politique qui suivait des mois de manifestations contre son régime était “gérable”.

Selon un journaliste de l’AFP, environ 20 000 personnes avaient envahi une place centrale, à seulement un kilomètre d’une manifestation de l’opposition où quelque 10 000 manifestants appelaient Pashinyan à démissionner. Pashinyan avait exhorté ses partisans à descendre dans la rue jeudi, après des mois de tensions sur sa gestion de la guerre de l’année dernière avec l’Azerbaïdjan. Il a par la suite appelé l’opposition à cesser de protester et l’a invitée à tenir des pourparlers pour discuter de la crise politique. Les hauts gradés militaires du pays avaient demandé la démission du Premier ministre plus tôt dans la journée, déclenchant une potentielle lutte pour le pouvoir dans la nation du Caucase. Pashinyan a dénoncé cette déclaration comme une tentative de coup d’État. Vous voulez faire une pause dans la lecture ? Jetez un coup d’œil à paris sportif.

“Je considère la déclaration de l’état-major général des forces armées comme une tentative de coup d’État militaire. J’invite tous nos partisans sur la place de la République en ce moment”, a-t-il écrit sur Facebook, faisant référence à une place centrale à Erevan. 

Pashinyan a également limogé le chef de l’état-major Onik Gasparyan, après que son bureau a publié une déclaration exigeant la démission du Premier ministre et de son cabinet après le limogeage du chef d’état-major adjoint Tigran Khachatryan mercredi. Khachatryan avait ridiculisé les affirmations de Pashinyan selon lesquelles les missiles Iskander fournis par la Russie – le principal allié militaire de l’Arménie – n’avaient pas réussi à atteindre leurs objectifs lors de la guerre de l’année dernière sur la région contestée du Haut-Karabakh.

Le communiqué a indiqué que les tirs avaient été commis “exclusivement sur la base des sentiments et des ambitions personnels” de Pashinyan. Pashinyan et son gouvernement “ne sont pas capables de prendre des décisions adéquates”, a indiqué le communiqué, dénonçant “les attaques des autorités visant à discréditer les forces armées”.

 Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que Moscou était préoccupé par les événements d’Erevan et a appelé au calme. Ankara a déclaré qu’il soutenait le gouvernement démocratiquement élu de Pashinyan. “Nous condamnons fermement la tentative de coup d’État en Arménie”, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu lors d’une conférence de presse à Budapest.

Pashinyan est sous pression depuis qu’il a signé un accord de paix négocié par la Russie qui a mis fin au conflit sur le Karabakh, une région d’origine arménienne qui s’est détachée du contrôle de l’Azerbaïdjan lors d’une guerre au début des années 1990.

De nouveaux combats ont éclaté dans la région à la fin du mois de septembre, les forces azerbaïdjanaises soutenues par l’alliée de la Turquie faisant des gains réguliers. 

Après six semaines d’affrontements et de bombardements qui ont coûté la vie à quelque 6 000 personnes, un accord de cessez-le-feu a été signé, qui a transféré des pans de territoire à l’Azerbaïdjan et permis le déploiement de soldats de la paix russes.

L’Azerbaïdjan a repris le contrôle de plusieurs régions du Karabakh que ses forces séparatistes avaient saisies lors de la guerre des années 90 et de la ville stratégiquement et symboliquement importante de Choucha.

L’accord a été considéré comme une humiliation nationale pour beaucoup en Arménie, bien que Pashinyan ait déclaré qu’il n’avait d’autre choix que d’accepter ou de subir des pertes encore plus importantes.

Il a été accueilli par des manifestations dans la capitale Erevan, où des manifestants ont pris d’assaut les bureaux du gouvernement le soir de sa signature et ont continué à se rassembler régulièrement.

Pashinyan a rejeté les appels à démissionner et à organiser des élections anticipées malgré la pression de construction.

L’ancien rédacteur en chef du journal, âgé de 45 ans, est arrivé au pouvoir en menant des manifestations pacifiques en 2018 et a initialement apporté une vague d’optimisme en Arménie, un ancien État soviétique profondément appauvri qui borde également l’Iran, la Géorgie et la Turquie.

Mais sa gestion de la guerre a provoqué de vives critiques de la part des opposants politiques de Pashinyan, y compris l’ancien dirigeant Serzh Sarkissian, contraint de démissionner en 2018.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Régionales : Boukpessi veut discuter avec Agbéyomé

La deuxième rencontre des partis politiques avec le gouvernement, dans le cadre des prochaines régionales, aura lieu ce mardi 19 janvier.