25 C
Canada
Tuesday, March 2, 2021
Accueil ACTUALITES Togo-Dr Christian Spieker : « Au Togo au nom de CoronaVirus, tout...

Togo-Dr Christian Spieker : « Au Togo au nom de CoronaVirus, tout est interdit »

Le travail qui nous attend pour reconstruire le Togo est immense car le retard accusé est grand. L´unité de la société est plus que jamais nécessaire pour atteindre cet objectif. Un moment viendra, ceux qui soutiennent bec et ongles ce régime nous rejoindront car ils se rendront compte que c´est une erreur de leur part, d´avoir soutenu aveuglement ce régime et l´ont aidé à se maintenir pendant des décennies.

La méthode de travail de notre part sera diamétralement opposée à ce qui se fait aujourd´hui. Mes idées  de vision pour le pays sont là. Les méthodes qui seront empruntées seront justes et équitables. Le but de notre engagement citoyen et patriotique pour la reconstruction du pays sera atteint. Pour ce qui concerne les futures institutions comme par exemple, la Cour constitutionnelle, elles ne seront pas comme celles d´aujourd´hui. Le pouvoir judiciaire, je voudrais dire le pouvoir des juges sera un pouvoir indépendant. Même le procureur de la république ne sera pas nommé pour recevoir des ordres du pouvoir exécutif mais pour défendre la société et l´ordre public en âme et conscience. Les gouverneurs seront élus dans leurs régions respectives alors qu´aujourd´hui c´est prévu dans le code des collectivités locales qu´ils seront nommés par le président de la république, sans doute pour recevoir ses ordres. La fonction des préfets héritée du temps colonial français sera définitivement supprimée. Demain le Togo sera beau et rayonnant. On aura une société épanouie et un Togo uni par ses enfants. Le pouvoir législatif quant à lui, ne se contentera plus d´approuver ou voter les projets des lois émanant du gouvernement. Je voudrais dire qu´il ne sera plus une chambre d´enregistrement pour le gouvernement mais un contre-poids, un lieu de débats constructifs, houleux et fructueux pour faire avancer le pays et rattraper le grand retard accusé car il y a beaucoup de domaines aujourd´hui où il y a un vide juridique. Comme par exemple dans le domaine de la consommation, le droit donné au consommateur de pouvoir retourner son objet acheté qui ne lui convient pas, dans un délai de 7 jours s´il ne l´a pas utilisé, la fixation à 3 mois maximum de loyers pour le dépôt de garantie pour les locataires dans le domaine de la location des maisons à usage d´habitation, les lois de protection de la famille, le partage dans les successions et libéralités,  etc.….

Les députés représentent ceux qui les ont élus et ils doivent voter des lois qui les protègent. Depuis la législature de décembre 2018, quel député a fait une proposition de loi à l´assemblée nationale? Même avant cette législature, qu´avaient fait les anciens députés qui ont siégé à l´assemblée nationale et qui sont dans l´opposition? Quelles propositions de lois avaient-ils pu faire voter et qui portent leur nom ? La mission des députés c´est de proposer aussi des lois et non seulement de voter celles qui émanent du gouvernement. Dans ma vision d´un Togo meilleur, il faut des députés qui innovent avec des idées neuves et constructives et qui n´hésiteront pas d´interpeller les ministres sur tel ou tel sujet de leurs actions politiques. Les Togolais ne doivent pas perdre l´espoir pour le lendemain. Mais ce lendemain meilleur ne sera pas meilleur s´ils ne se réveillent pas pour prendre leur destin en main dès maintenant. Quand on voit le Togo d´aujourd´hui  ça s´apparente au temps colonial avec un système de domination et d´oppression. Les gens ne peuvent pas s´exprimer librement. Les partis politiques ne peuvent pas mener leurs activités politiques sans qu´il ne  leur soit interdit de se réunir pour telle ou telle raison non fondée. CoronaVirus devient leur aubaine. Ailleurs dans le Monde les gens peuvent manifester pour réclamer leurs droits. Au Togo au nom de CororaVirus comme prétexte, tout est interdit.

Le Parquet, la HAAC et le SCRIC sont aujourd´hui les trois organes qui sont utilisés par ce régime pour museler et intimider ceux qui osent parler. Mais un temps viendra, tout sera fini. Gardons espoir. Un jour, la chaîne de l´oppression sera brisée. Tout régime dictatorial finit toujours d´une manière ou d´une autre par disparaître si on regarde l´histoire des pays dans lesquels la dictature était mise en place. Même l´influence de la France sera réduite considérablement au Togo. Notre souveraineté sera pleine et entière sur le plan politique et économique. Le cas du Togo est unique en son genre. C´est un système de domination. Mais un jour le rôle sera inversé. Les dominés  prendront la place des dominants pour bâtir un Togo nouveau, uni et unifié. Tel est mon objectif en tant que citoyen patriote, engagé pour un avenir meilleur pour le Togo.

Personnellement je considère que si les choses se passent dans le pays telles qu´elles sont aujourd´hui, c´est parce que Dieu l´a voulu ainsi, sinon le régime n´aurait aucune force pour pouvoir se maintenir au pouvoir pendant des décennies. Sinon comment pouvons-nous penser ou comprendre que pendant ce moment crucial pour le peuple dans sa lutte pour la libération, la pandémie de CoronaVirus vient aussi au secours du régime dont il se sert pour restreindre la liberté des réunions des partis politiques et des rassemblements de tout genre ? Le régime peut se réjouir de cette pandémie qui lui sert d´alibi pour tout interdire dans le pays. Le Satan est de ses côtés. Il faut comprendre les choses ainsi philosophiquement. Ce régime se sert de CoronaVirus pour pouvoir tout interdire. Quelle aubaine !

Mais l´oiseau peut voler longtemps, il finira toujours par se poser sur un arbre. Quelle que soit la durée de ce régime, le système et les méthodes mis en place pour oppresser et intimider les Togolais, prendront  fin un jour. Qu´il le veuille ou pas. Cette domination qu´une minorité au pouvoir et profiteuse impose à une majorité prendra fin. Gardons espoir. Je garde espoir. Dieu nous donnera la force nécessaire pour vaincre ce régime quand son heure sera sonnée.

 Dans leur esprit et le calcul qu´ils se font dans ce régime, Faure Gnassingbé sera en place jusqu´en 2030. Mais demain n´appartient à personne mais à Dieu seul. Et pour cette raison divine, gardons espoir pour demain et pour un Togo meilleur. Ce bon Dieu essuiera les larmes à chacun de ses enfants qui subissent de ce régime. Le Togo a tant souffert mais c´est dans le cours des événements. Gardons courage et espoir. La fin arrivera à coup sûr. L´esclave enchaîné brisera sa chaîne un jour pour se libérer. Où trouvera-t-il cette force pour se libérer, pourrait-on se demander ? C´est ça le mystère de l´esclave qui veut se libérer et peut se libérer. Cette peur qui l´animait et l´envahissait, disparaîtra le jour de sa libération. C´est que l´heure de la libération de l´esclave n´est pas encore sonnée mais elle sonnera à coup sûr.

La question qu´on pourrait se poser le moment venu, c´est celle de savoir si ceux qui soutiennent ce régime aujourd´hui, garderaient la même attitude demain quand ce régime disparaîtra ou bien changeront-ils le fusil d´épaule au gré des événements? C´est ce qu´on appelle l´opportunisme politique. Les victimes  quant à elles, seront rétablies dans leurs droits. Ce ne sera pas une chasse à l´homme mais une justice à ceux qui ont injustement subi des atrocités de tout genre sous ce régime.

Le régime a mis une commission de réconciliation en place, qui parcourt les villes du pays pour réparer les torts commis aux populations dont Madame Awa Nana est la présidente mais le régime agit comme avant. Cette répression continue encore comme si rien n´était. Alors, comment peut-on faire confiance à un régime qui ne tient jamais ses paroles, ni respecte les lois que lui-même fait voter et qui s´impose à tous ?  Cela montre que ce régime n´a aucun remords, ne fait aucune repentance. Alors le moment venu, peut-on parler de réconciliation ou pardon? Je ne pense pas. Le jugement sera rendu à ceux qui étaient victimes de ce régime sans défense et sans justice.

Ceux qui oppriment, peuvent s´entourer des lois-remparts pour se rendre intouchables quand ils ne seront plus au pouvoir. Mais ces lois seront toutes  abrogées un jour. De la manière dont  ils sautent les verrous des lois pour les remplacer par d´autres afin se maintenir au pouvoir et se protéger, de cette même manière, ces lois taillées à leurs mesures pour se donner immunités seront abrogées afin qu´ils répondent de leurs actes devant la justice. Mais pour l´unité de la société dont nous avons besoin pour reconstruire le pays, ils peuvent se ressaisir. Ils ont encore le temps de se mettre sur le droit chemin dans l´intérêt du pays, sinon l´épée de Damoclès va planer sur leur tête quand ils ne seront plus au pouvoir de la même manière qu´ils la font planer aujourd´hui sur la tête des Togolais innocents à l´aide de la HAAC, le Parquet et le SCRIC.

Il y a beaucoup à faire dans ce pays pour lui donner son mérite et son rayonnement. C´est pourquoi je m´engage en politique. Une alternance doit pouvoir s´opérer en 2025. Faure Gnassingbé ne doit plus et ne peut plus gouverner ce pays à la fin de ce mandat même si constitutionnellement il se donne ce droit par le tripatouillage qui a été fait pour lui remettre le compteur à zéro. Il peut compter sur ses institutions mais pas toujours. Il doit partir. Il ne pourra pas abuser éternellement des Togolais en raison de leur passivité. Ces derniers doivent se lever pour se délivrer. Personne ne viendra le faire à leur place.

 Unser Togo, unser Land !

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Tgtg
February 15, 2021 1:50 pm

On aime votre ideologie Dr Spieker. Si vous n’etes pas un autre trompe-l’oeil pour distraire ce peuple togolais, treve de bavardages, causerie, degats. Creez un parti politique et vous nous direz ici le contact, nous allons militer. Le peuple en a cure des remarque-ecrits initiales, dites nous ce qu’on ne sait pas

Popular News

Régionales : Boukpessi veut discuter avec Agbéyomé

La deuxième rencontre des partis politiques avec le gouvernement, dans le cadre des prochaines régionales, aura lieu ce mardi 19 janvier.