25 C
Canada
Saturday, February 24, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Agbéyomé Kodjo : « J’accorde mon pardon à Faure Gnassingbé… »

Togo-Agbéyomé Kodjo : « J’accorde mon pardon à Faure Gnassingbé… »

Dans un nouveau discours à la nation, le “président démocratiquement élu”, Agbéyomé Kodjo revient sur la présidentielle de 2020. Il invite tous les Togolais épris d’alternance politique à rester mobilisés et à être un acteur principal dans le combat pour la libération du pays.

« Togolaise et Togolais, mes chers compatriotes. La lutte populaire est invincible. A compter de ce jour, chaque Togolais doit se considérer comme un libérateur exclusif de notre pays de la servitude, de l’esclavage, de l’injustice et de l’arrogance. C’est un impératif catégorique et patriotique. Nous n’avons plus le choix que de nous mobiliser tous pour mettre fin à cette dictature », a lancé l’opposant Agbéyomé Kodjo à l’endroit des Togolais dans son nouveau discours à la nation.

L’ancien Premier ministre est revenu sur les « propositions » que Faure Gnassingbé lui aurait faite au lendemain du « hold-up électoral » du 22 février 2020 pour un partage du pouvoir. Il revient également sur cette fameuse affaire de lettre de félicitations de Macron.

« Qui au Togo, méconnaît le réel vainqueur du scrutin présidentiel du 22 février 2020 ? (…) Un vrai homme politique se soumet au verdict des urnes. L’heure a sonné. Aucune manœuvre ne peut contrevenir à la volonté du peuple. Dans tous les cas, cette conservation illégale du pouvoir ne saurait durer. Faure Gnassingbé doit transmettre pacifiquement le pouvoir », a indiqué Dr Kodjo.

Pour finir, le champion de la Dynamique Mgr Kpodzro invite les Togolais au pardon mutuel. « Pour ma part, j’accorde mon pardon au président sortant Faure Gnassingbé pour toutes les avanies et les torts qu’il a causé à ma personne, à la DMK, à ma famille et aux victimes de sa politique de terreur et d’injustice aggravée », a-t-il conclu.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.