25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil PAYS International Patrick Vieira n’empêchera jamais un Africain de jouer la CAN

Patrick Vieira n’empêchera jamais un Africain de jouer la CAN

Alors que beaucoup de club rechignent à laisser partir leurs joueurs africains à la Coupe d’Afrique des nations (CAN), l’entraîneur de Crystal Palace rassure du contraire.

S’il ne tenait qu’à Patrick Vieira, les joueurs africains évoluant dans les clubs européens n’auront aucune difficulté à partir pour la phase finale de la CAN. En l’espèce, l’attaquant ivoirien Wilfried Zaha, le milieu sénégalais Cheikhou Kouyaté et le buteur ghanéen Jordan Ayew, sélectionnés par leur équipe nationale, vont quitter Crystal Palace pour la messe continentale au Cameroun, du 9 janvier au 6 février 2022. Et cela ne gêne nullement leur coach français.

« Je n’empêcherai jamais un joueur de prendre part à la compétition. Je crois que ce tournoi doit être plus respecté. C’est aussi important que l’Euro », souligne Patrick Vieira en conférence de presse, à la vielle donc du match entre Crystal Palace et Tottenham de ce dimanche 26 décembre.

Une position qui tranche celle de plusieurs coaches. C’est le cas par exemple de Frédéric Antonentti, l’entraîneur principal de Metz, un club de ligue 1 française. « Comment on peut avoir une compétition internationale pendant les compétitions nationales ? Ce n’est pas possible, ce n’est pas acceptable. Je n’ai rien contre la CAN. Au contraire, c’est une compétition que j’adore. Il n’y a pas que nous, mais on ne peut pas enlever huit joueurs et avoir des matchs de compétition », fustige-t-il après le match nul 1-1 de son club contre l’Olympique lyonnais en championnat.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] post Patrick Vieira n’empêchera jamais un Africain de jouer la CAN appeared first on […]

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.