25 C
Canada
Wednesday, December 7, 2022
Accueil ACTUALITES Togo-Des journalistes dénoncent les entraves tous azimuts à la liberté de presse

Togo-Des journalistes dénoncent les entraves tous azimuts à la liberté de presse

La régression de la liberté de presse constatée au Togo, inquiète les professionnels des médias. Réunis à Kpalimé les 16 et 17 décembre 2021, dans le cadre du projet de la promotion des libertés d’expression et de manifestations en vue de l’instauration d’une véritable base démocratique au Togo’’, les journalistes participants ont sorti une déclaration. Ils y dénoncent les entraves à la liberté de presse et demandent la mise en liberté sans conditions des journalistes emprisonnés, Ferdinand AYITE et Joël EGAH.

DECLARATION DE KPALIME

Relative à l’emprisonnement abusif des journalistes et aux censures  des organes de presse à l’occasion de l’« Atelier de renforcement des capacités des  journalistes» sur ‘’la promotion des libertés d’expression et de manifestations en vue de l’instauration d’une véritable base démocratique au Togo’’, organisé par la Ligue Togolaise  des Droits de l’Homme (LTDH) à Kpalimé les 16 et 17 décembre  2021, les journalistes participants ont déploré l’état catastrophique de la liberté de presse au Togo.

Après avoir fait l’état des lieux, caractérisé par une grave régression de la liberté de presse au niveau, tant de la privation  des libertés des journalistes jetés en prison que des fermetures et suspensions des organes de presse, plusieurs entraves à la liberté d’expression, de presse et de manifestation ont été relevées. Il arrive même que dans l’exercice de son métier, le journaliste subit des agressions des forces de l’ordre qui l’arrêtent arbitrairement ou saisissent ses outils de travail.

Nous, journalistes:

  • dénonçons les entraves tous azimuts à la liberté de presse, les agressions dont les journalistes, les défenseurs des droits de l’Homme et les activistes de la société civile sont victimes ;
  • exigeons la mise en liberté sans conditions des journalistes emprisonnés, Ferdinand AYITE et Joël EGAH ;
  • exigeons la révision ou la relecture du Code de la presse, notamment les articles 3 alinéa 2, 5 (relatif à la presse en ligne) et 156 pour la dépénalisation des nouveaux supports médiatiques par les professionnels des médias ;
  • exigeons la suppression de toutes les dispositions liberticides du Code de la presse ;
  • exhortons les autorités politiques à opter pour le droit de réponse plutôt qu’à recourir aux poursuites judiciaires systématiques ;
  • exhortons le gouvernement à procéder à la libération sans conditions de tous les prisonniers d’opinion.

    Fait à Kpalimé, le 17 décembre 2021

           LES PARTICIPANTS

2 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
El Nino
El Nino
December 18, 2021 2:20 pm

Le Togo est devenu une monarchie. Pas de presse, pas de manifestations, pas de radios etc…

Ainsi va notre Faure-Kopé.

Kagbelee
Kagbelee
December 18, 2021 5:20 pm

Vous avez fait votre part… C’est à chacun de vous de savoir prendre ses responsabilités… On ne peut pas tout permettre au nom de la démocratie, de la liberté d’expression et du droit de l’homme.

Popular News

Togo-Résultats de la Loterie américaine DV-2022 attendus ce samedi

Cliquez ici, pour vérifier si votre demande a été sélectionnée à la loterie des visas, DV-2022