25 C
Canada
Thursday, May 23, 2024
Accueil ACTUALITES Sécurité Le nord du Togo visé par une attaque, les autorités redoutent des...

Le nord du Togo visé par une attaque, les autorités redoutent des victimes

Selon des médias privés, une dizaine de civils auraient été tués dans deux villages situés dans la préfecture de Kpendjal, proche de la frontière avec le Burkina Faso.

Le nord du Togo a été la cible d’une violente attaque dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 juillet, a annoncé le gouvernement, disant redouter de possibles victimes. Il s’agit de la quatrième attaque perpétrée depuis novembre 2021 dans cette partie du Togo, en proie à des incursions des groupes djihadistes présents de l’autre côté de sa frontière, au Burkina Faso.

« Nous avons été violemment attaqués dans la nuit d’hier à aujourd’hui », a confirmé le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Akodah Ayewouadan, répondant aux questions d’un journaliste sur la radio togolaise Kanal FM. « Notre pays a encore fait l’objet de multiples incursions dans le grand nord. Il y a d’abord eu une riposte des forces de défense et de sécurité. Un ratissage est actuellement en cours et [on craint] qu’il y ait des victimes », a-t-il ajouté, sans préciser exactement où cette attaque a été perpétrée. Il a cependant affirmé qu’elle n’avait pas visé « une position » de la police ou de l’armée.

Selon plusieurs médias privés, ce sont deux villages situés dans la préfecture de Kpendjal, proche de la frontière avec le Burkina, qui ont été attaqués dans la nuit ; une dizaine de civils auraient été tués. Cette information n’a pas été confirmée dans l’immédiat de source officielle.

Raids frontaliers

Le Mali, le Burkina Faso et le Niger sont aux prises avec des insurrections djihadistes, et les Etats côtiers voisins comme le Bénin, le Ghana, le Togo et la Côte d’Ivoire s’inquiètent depuis plusieurs années de débordements sur leur territoire. Une récente série de raids frontaliers au Togo et au Bénin a confirmé ces craintes.

Début mai, huit soldats togolais avaient été tués et treize blessés au cours de la première attaque djihadiste meurtrière officielle au Togo. Une quinzaine d’assaillants avaient été tués par les militaires togolais, avait indiqué le gouvernement. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), la principale alliance djihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda, avait revendiqué cette attaque.

Les autorités ont intensifié les opérations militaires dans la région pour contenir ces groupes. Jeudi, l’armée a reconnu être responsable d’un récent bombardement qui a tué par erreur sept civils et en a blessé deux autres dans le nord, après les avoir pris pour « une colonne de djihadistes en mouvement ».

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

AFP

7 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
7 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Amer
Amer
July 23, 2022 12:49 pm

Bandes d’incapables, ces FAT! Chuan.

Adjedato
Adjedato
July 23, 2022 1:01 pm
Reply to  Amer

Toi tu en es capable, la preuve !!
Très chuan !!

Zuno
July 23, 2022 9:02 pm
Reply to  Adjedato

Soyons plutôt sérieux. Sécuriser une zone d’a peine 140km le long du Burkina, ensuite pareil entre la partie nord de la frontière Ghana et Bénin de concert avec les forces armées respectives de ces deux pays, c’est trop demander. Si c’est pour faire violence sur des citoyens qui manifestent pour de meilleurs conditions de vie, nos forces armées sont prêtes. Les terroristes sont déjà a nos frontières soit vous nous donnez des armes pour nous protéger nos bien et nos familles soit nous quittons tous ce pays

El Niño
El Niño
July 23, 2022 1:19 pm

Cette histoire ressemble a une autre fable des Forces Armées Tribales(FAT).

On ratisse une zone depuis le 14 juillet 2022? Waoohhh! Voila des gens incompétents qui balancent les drones turcs a gauche et a droite faisant des victimes civils innocents.

Pourquoi nos 2 meilleurs hommes forts: zénéral PAIY et zénéral SÉKRITÉ ne sont pas encore sur le front dans le Tône?

Là-bas Lomé
July 23, 2022 10:03 pm
Reply to  El Niño

El Nino, Nous voulons que 3 des hommes très forts du régime mafieux des man.geurs de chi.en aillent au front dans les Savanes: zeneral PAIY (Abalo Kadanga) et zeneral SEKIRITE (Yark Damehane) avec leurs troupes respectives, le tout coordonné par le stratège militaire Faure ESSOZIMNA GNASSINGBE !! Et je crois qu’en un petit mois, ces vaillants et dignes fils du Togo vont éradiquer le terrorisme sur le territoire du Nord du Togo !!! ALLEZ, BRAVES GENS!!!

Akonta
Akonta
July 23, 2022 11:13 pm
Reply to  Là-bas Lomé

Il faut ajouter à ces trois mousquetaires un quatrième qui est le bidasse et zinzin Gerry Taama!!!
La façon dont il aime amuser la galerie sur sa page facebook et sur icilome.com doit maintenant être associée avec de actions concrètes pour démontrer ses “compétences” de “fin stratège militaire” et d’ “expert chevronné” et Géostratégie et en Géopolitique!
Hihihihihihihihihihihi

Là-bas Lomé
July 23, 2022 11:29 pm
Reply to  Akonta

Loll, effectivement !!! J’avais oublié ce bidasse de Gerry SOTOME Tamea qui a déserté l’armée pour devenir politicien, en toute impunité !!! En général les soldats déserteurs fuient leur pays ou vivent dans la clandestinité, mais curieusement ce bidasse déserteur Gerry Tamea vit aux frais du contribuable togolais. VOUS COMPRENEZ QUELQUE CHOSE À CETTE CURIOSITÉ ???

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.