25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Violences au Tchad : La Francophonie appelle toutes les parties à la...

Violences au Tchad : La Francophonie appelle toutes les parties à la retenue

La Francophonie déplore les violences qui se sont déroulées au Tchad le 20 octobre 2022. Dans un communiqué en date du vendredi 21 octobre 2022, elle appelle toutes les parties à la retenue et à privilégier la voie du dialogue.

Lire le communiqué

Tchad : La Francophonie condamne les violences du 20 octobre

La Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo, condamne fermement les violences perpétrées le 20 octobre 2022, dans le cadre de manifestations à N’Djamena et dans plusieurs parties du Tchad.

« Le décompte de plus d’une cinquantaine de morts et de centaines de blessés dans un contexte de répression de manifestations est contraire aux principes de la Déclaration de Bamako au titre desquels la liberté d’expression et de manifestation, auxquels ont adhéré les Etats et gouvernements membres de la Francophonie », a déclaré la Secrétaire générale. 

Se joignant aux condamnations de la communauté internationale, la Secrétaire générale de la Francophonie appelle toutes les parties à la retenue et à privilégier la voie du dialogue dans le plein respect des droits et libertés fondamentaux. 

Elle encourage les autorités de transition à poursuivre leurs efforts en vue d’un retour à l’ordre constitutionnel dans le cadre de la deuxième phase de transition inaugurée à l’issue du Dialogue national inclusif et souverain. Un engagement avec tous les acteurs civils et politiques demeure essentiel afin de garantir la crédibilité et la légitimité du processus en cours.

L’OIF reste engagée auprès du Tchad pour accompagner ce processus de retour à l’ordre constitutionnel et démocratique, en lien avec ses partenaires régionaux et internationaux.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.