25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Sécurité Togo-Encore de nouvelles têtes au commandement militaire

Togo-Encore de nouvelles têtes au commandement militaire

C’est tard dans la nuit de ce jeudi 22 décembre 2022 qu’un communiqué lu dans le JT de 22 heures de la télévision nationale, annonce que le ministère des Armées est désormais rattaché à la Présidence de la République.

Marguerite Essozimna Gnakadé, ministre des Armés depuis octobre 2020, est débarquée de son département. Celui-ci est purement et simplement aux mains de Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat.

La désormais ancienne patronne des Forces armées togolaises (FAT) n’est pas la seule relevée de ses fonctions. En effet, le chef d’état-major des FAT quitte son poste. Le Général de Brigade Dadja Manganawè est donc remplacé par Tassounti Djato. Ce dernier, Colonel de son état avant sa promotion, est promu général de Brigade. Le Colonel Kémess Kokou Oyomé devient son adjoint.

Le Colonel Apédo Kodjo Ekpé, de son côté, occupe désormais les fonctions du chef d’état-major particulier du président de la République.

Comme d’habitude, aucune explication officielle n’est donnée pour tenter de justifier ce changement dans le commandement militaire. Ce qui laisse la place à des commentaires divers.

Le Togo fait face à des attaques terroristes dans sa zone septentrionale. Tout porte à croire que ces nouvelles nominations ont un rapport avec la lutte contre le djihadisme, croient savoir certaines sources bien informées.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Là-bas Lomé
December 24, 2022 1:22 am

L’énergumene timbré Faure Dracula zieux hooonnn de hibou GNASSINGBE a peur de se faire débarquer par un coup d’état militaire. Mais à force de se tourner en bourrique, ce bouffeur de chien aux yeux de hibou va se faire humilier par un bidasse sans grade !!!

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.