25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil OPINIONS Togo-La banalisation du sexe dans les chansons et leur impact sur les...

Togo-La banalisation du sexe dans les chansons et leur impact sur les enfants

Il va falloir qu’on parte sérieusement en guerre contre la banalisation du sexe non seulement sur les réseaux sociaux notamment TikTok mais surtout dans les chansons.

Certains de nos artistes exagèrent et débitent trop d’insanités dans leurs morceaux comme pour faire croire qu’en dehors du sexe il n’y a aucun sujet à véhiculer, il n’y a aucun fait sociétal vers lequel canaliser la réflexion.

Et même s’il faut parler du sexe, il faut tourner la langue et l’entourer de la bienséance. Dans le temps, nos grands-parents et nos parents parlaient aussi du sexe mais pas avec cette manière vulgaire de l’énoncer. Les adeptes de vodou (Vodoussi) peuvent directement appeler Akoumé (pâte de maïs) mais ils disent AZAMA. C’est aussi une leçon de vie.

Il va falloir que le ministère de la culture se charge de ce dossier. Il en est de même du BUTODRA, les médias, des producteurs, les tenanciers de bars et des opérateurs culturels qui doivent absolument mettre un bémol à cette pagaille qui s’étend jusque dans les établissements scolaires de l’école primaire en refusant de produire pareils artistes et de diffuser leurs chansons.

L’exemple type est la suspension de trois directeurs d’école du cours primaire à Anfoin par le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire Komla Dodzi Kokoroko pour la raison que Coni Gangster (je ne sais même pas comment il s’appelle) est allé faire fredonner à des mômes de 10 ans et moins des conneries liées au sexe et ce, de façon dépravante.

Lorsqu’on entend dans nos rues nos enfants qui ne sont même pas adolescents crier à tue-tête sur des chansons de voyous de rue, on a l’estomac retourné.

Il va falloir mettre un accent particulier sur ce qui fonde nos valeurs, nos traditions pour arrêter dans notre société cette bêtise qui s’étend.

La plus grande des artistes de la chanson togolaise demeure Bella Bellow, celle qui avait fait l’Olympia. Mais jamais elle n’a chanté pareilles dépravations pour être au sommet. D’autres noms lui ont succédé notamment Agboti Yawo, King Mensah, Jimi Hope et actuellement il y a les Toofan qui font l‘honneur de notre musique. Les entendez-vous chanter «Kolo, évo, agbo, évo vitukui, atigangan, évè» et les autres mots du dictionnaire de la racaille?

Il faut sonner la fin de cette imbécilité, de cette connerie.

J‘ai encore dit…

Anani Sossou

3 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
3 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Tassivilometo
Tassivilometo
January 7, 2023 8:03 am

Moi je dis qu’il faut plutôt partir en guerre contre le pouvoir usurpé de Lomé. Si non, le sexe, c’est mal doux dè !!!!!

Jack
Jack
January 7, 2023 10:14 am

Je kiff cette publication de haute teneur qui nous interpelle sur la sauvegarde de nos valeurs morales.
Merci Anani

Badou Debout
Badou Debout
January 7, 2023 1:38 pm

Bravo pour cette publication. Mais ne croyez-vous pas que c’est qui l’autorité laisse faire cela ? De pareils artistes sont promus, sponsorisés par de grandes structures et invités à de nombreux événements : ils sont encouragés

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.