25 C
Canada
Saturday, March 2, 2024
Accueil ACTUALITES Togo- HAAC: Zeus Aziadouvo démissionne

Togo- HAAC: Zeus Aziadouvo démissionne

Zeus Aziadouvo n’est plus à présenter. L’ancien Directeur de publication du quotidien « Liberté » n’est plus membre de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC).

Selon les informations, l’homme a déposé sa lettre démission mercredi sur la table du président de la HAAC, Pitalounani Telou. Cette démission intervient tout juste après qu’une suspension de 3 mois a été respectivement prononcée contre le quotidien “Liberté” et le bimensuel “Tampa Express”.

Sur les réseaux sociaux, des internautes saluent la “décision courageuse” de Zeus Aziadouvo. « Voici l’homme! Il mérite les honneurs. C’est rare au Togo l’acte qu’il vient de poser. Mes respects Aziadouvo, Fierté », posté un internaute togolais.

Notons qu’avant de rejoindre la HAAC, Zeus Aziadouvo a été le directeur de publication du quotidien “Liberté”.

2 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Kombaté
Kombaté
February 2, 2023 2:19 am

Arrêtez vos idioties depuis qu il faisait parti de cette institution ,dites le moi combien de journaux ont été suspendus ?Et le mr n a pas eu .cette réflexe de démission ,aujourd’hui on démissionne parce que le malheur est tombé sur et le togolais applaudit d une démission à l hypocrisie

Mitimi
Mitimi
February 2, 2023 5:30 am
Reply to  Kombaté

Si tu te relis, tu saurais exactement à quoi ressemblent ce que tu appelles “idioties”.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.