25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Ces militants ne sont plus les bienvenus à l'ANC

Togo-Ces militants ne sont plus les bienvenus à l’ANC

Le Bureau national de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), réuni en séance ordinaire lundi à Lomé, a pris certaines mesures à l’encontre de ses membres indélicats. Il s’agit d’OURO-AKPO Tchagnaou, APEKEY Assehouwokan, MOUMOUNI Mouthawakilou, SEDO Komla Mathias. Ces derniers ont été définitivement exclus du parti pour « acte de trahison et faute lourde » et considérés de facto comme « des adversaires politiques ». Lisez plutôt la décision du Bureau national de l’ANC !

N° 23-023/ANC/PN-SG

DECISION PORTANT EXCLUSIONS DEFINITIVES

LE BUREAU NATIONAL DE L’ANC :

Réuni en sa séance ordinaire du lundi 17 avril 2023:

Vu la décision n°23-015/ ANC BN-SG du 20 février 2023, portant suspension du camarade OURO- AKPO Tchagnaou dans l’exercice de ses fonctions, pour faute lourde ;

Vu le rapport soumis par le Comité Politique, suite à sa réunion en date du 04 avril 2023 au siège du parti à Lomé, en vue d’examiner la suite à donner à la sanction disciplinaire prise à titre conservatoire contre le camarade OURO-AKPO ;

Notant que malgré la sanction de suspension précitée le camarade OURO-AKPO n’a mené aucune démarche auprès des instances du parti en vue de sa réhabilitation ;

Notant que bien au contraire, faisant fi de ladite sanction, le camarade OURO-AKPO poursuit sa défiance et ses dérives à l’encontre du parti, notamment à travers une conférence de presse au cours de laquelle annonce avoir créé depuis novembre 2022, un « mouvement politique » dénommé « Lumière pour le Développement dans la Paix (LDP) » enregistré par le MATDDT en février 2023;

Considérant qu’il s’agit non seulement d’un acte délibéré, absolument incompatible avec les statuts et le règlement intérieur de l’ANC, mais aussi d’une violation flagrante de la Charte des Partis Politiques dont le MATDDT se fait le complice en acceptant que la même personne appartienne à la fois à 2 organisations politiques différentes.

Considérant que le camarade OURO-AKPO se répand désormais, en activités de propagande politique sur les médias et à travers le territoire national en semant la confusion dans l’esprit des militants de l’ANC et en tentant de rallier certains d’entre eux à son « mouvement » ;

Considérant que des militants de l’ANC s’affichent déjà aux côtés du camarade OURO-AKPO, en particulier des responsables fédéraux tels que les camarades APEKEY Assewouwokan (fédération ANC de Vo 4), MOUMOUNI Mouthawakilou (fédération d’Agoé-Nyivé 4), se réclamant du « mouvement LDP » respectivement en qualité de vice-président et de secrétaire général, ainsi que le camarade SEDO Komla Mathias (fédération ANC Adétikpoe) ;

Considérant que le camarade OURO-AKPO a créé un tel mouvement en violation de l’article 6, alinéa 2 des statuts de l’ANC, ce qui constitue un acte de trahison, une faute lourde passible de sanctions disciplinaires;

Considérant que ce faisant le camarade OURO-AKPO de même que ceux des militants de l’ANC qui le suivent, sont considérés comme démissionnaires et deviennent de facto des adversaires politiques ne pouvant plus être membres du parti:

Prenant bonne note de la recommandation expresse, ferme et unanime du Comité Politique l’exclusion définitive de M. OURO-AKPO ainsi que des militants qui le suivent, pour faute lourde, conformément aux statuts et au règlement intérieur du parti.

Le Conseil des Sages, dûment consulté et préalablement entendu sur la question, conformément à l’article 41 du règlement intérieur;

Décide:

Article 1er

Pour violation des principes politiques du parti, trahison politique, récidives de propos outranciers et diffamatoires sur le parti et ses membres, attitudes et actes incitant au tribalisme, à la division et au désordre au sein du parti: pour mise en péril de l’ANC, en intelligence flagrante avec des acteurs internes complices et des forces et des acteurs extérieurs notoirement hostiles à l’ANC, les personnes dont les suivent sont définitivement exclues de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) avec effet immédiat:

1. M. OURO-AKPO Tchagnaou

2. M. APEKEY Assehouwokan

3. M. MOUMOUNI Mouthawakilou

4. M. SEDO Komla Mathias.

Article 2:

Les personnes ci-dessus exclues sont définitivement déchues de leur qualité de membre de l’ANC et ne sont plus membres ni d’aucun organe central, ni d’aucune structure fédérale du parti. En outre, elles ne sont plus habilitées à représenter l’ANC d’aucune manière, ni à agir et à s’exprimer en son nom, ni à utiliser les noms, sigle, emblème et couleur du parti, ni à tenir ou à prendre part à des réunions avec les structures fédérales ou les militants de l’ANC. Elles sont en conséquence, tenues de restituer au parti leurs cartes de membre ainsi que les biens les matériels et les documents de toute nature en leur possession et appartenant au parti, conformément à l’article 12, alinéa 2 des statuts.

Article 3:

Le Secrétaire Général, les Présidents et les membres des bureaux fédéraux de Tchaoudjo, de Voet d’Agoényivé sont chargés, chacun en ce qui le conceme, de l’application de la présente décision qui sera notifiée à tous les organes du parti ainsi qu’aux intéressés

Fait à Lomé, le 17 avril 2023

Pour le Bureau National de l’ANC

Le Président National

Jean-Pierre Fabre

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Agossou
April 19, 2023 11:14 am

Circulez, ce n’est pas un évènement. Le Togo avance lentement mais sûrement vers sa terre promise

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.