25 C
Canada
Saturday, September 30, 2023
Accueil ACTUALITES Argentine-Une journaliste retrouvée pendue à son domicile

Argentine-Une journaliste retrouvée pendue à son domicile

Une journaliste argentine a été retrouvée pendue samedi chez elle par un de ses frères.

Griselda Blanco, 45 ans, a été retrouvée pendue dans son logement de Curuzu Cuatia, une ville du sud de la province de Corrientes en Mésopotamie argentine. Curuzu Cuatia est située à 600 km au nord de Buenos Aires, la capitale du pays.

De sources médiatiques, la police a indiqué avoir trouvé des traces de coups sur le corps de la victime. Des cheveux ont été retrouvés dans ses mains, portant à croire que la journaliste a tenté de se défendre. Néanmoins, aucune trace d’effraction n’a été constatée chez elle.

Une interpellation

L’hypothèse du suicide a été écartée. Egalement journaliste, Armando Jara, un ancien compagnon de Griselda Blanco, a été arrêté par la police.

Toutefois, un des fils de la victime, Lautaro Cesani, a exprimé ses doutes quant à l’implication d’Armando Jara.

« Je ne crois pas qu’il faille qualifier cela de féminicide (…) A mon avis, Jara n’a rien à voir avec tout ça, même si nous attendons les expertises et leurs résultats », a-t-il déclaré, relayé par plusieurs médias.

Une enquête ouverte

Selon les mêmes sources, la police locale a été dessaisie de l’enquête par le parquet. La justice a confié l’enquête à la police fédérale argentine.

Griselda Blanco avait dénoncé des violences policières dans la province de Corrientes. A cela s’ajoute un cas de négligence dans un hôpital. Des articles qui lui avaient valu des menaces, à en croire Lautaro Cesani.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Agon Picdagou
May 22, 2023 5:54 pm

Titre très tendancieux! On ne sait plus qui a fait quoi ou, plus vraisemblablement, qui n’a pas fait quoi!

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.