25 C
Canada
Sunday, May 19, 2024
Accueil ACTUALITES Société Togo-L’Église a créé et anime un centre automobile mécanique à Dapaong

Togo-L’Église a créé et anime un centre automobile mécanique à Dapaong

À Dapaong, à 628 km au nord de la capitale togolaise, l’Église catholique dispose d’un garage nommé Centre automobile de mécanique et d’électricité, une œuvre pastorale diocésaine qui offre divers services à la société, sans distinction.

Le vendredi 12 mai, 11 h 30, au Centre automobile de mécanique et d’électricité (CAME) à Dapaong quartier Kampatib, deux agents sont acharnés à faire des travaux de réparation sur une voiture relevée sur un pont. Au même moment, des bruits produits par des coups de marteau proviennent d’un autre atelier du centre.

D’abord connu sous le nom de « Centre d’Apprentissage de Dapaong » avec pour première mission de former en mécanique automobile et en menuiserie, le CAME est créé en 1958 par le père Benoît Brun, un religieux franciscain français qui était en mission dans ce diocèse du Togo. Ce centre a connu plusieurs mutations, notamment sa transformation en un collège d’enseignement technique par le gouvernement togolais à qui il a été cédé pour des raisons politiques dans les années 1970. Mais il a été rebaptisé sous sa dénomination actuelle par le père Brun afin de garantir une bonne réparation des véhicules du diocèse et d’autres usagers.

Le garage automobile est un service pastoral

« Le Centre automobile de mécanique et d’électricité a pour objectifs d’offrir de l’emploi, de contribuer au développement de la région et de générer des bénéfices pour soutenir la pastorale du diocèse », indique son actuel directeur, le père Marc Kolani. Communément appelé garage CAME, ce centre est un service pastoral cher à l’Église diocésaine qui veille à son bon fonctionnement. Selon son directeur, ce garage « contribue considérablement au financement de la pastorale diocésaine sur plusieurs plans ».

En effet, le CAME offre d’une part de l’emploi aux professionnels des secteurs de la mécanique automobile et des métiers connexes à qui il assure les traitements de salaire et de sécurité. Dans ce même cadre, il verse l’allocation du directeur à l’économat diocésain ainsi que la cotisation pour l’assurance retraite de ce dernier à l’Œuvre de solidarité et de sécurité du Togo. D’autre part, il participe au financement de mini-projets et à la vie de la flotte des agents de sécurité du diocèse.

Contribution au développement social

À travers ses divers services, le CAME participe au développement socioéconomique de la population depuis 65 ans. « Nous rendons des services de mécanique générale, de soudure, de tournage et d’électricité à nos clients qui sont soit des particuliers résidents et voyageurs, sans discrimination, soit des entreprises », explique Armel Alain Kouak, secrétaire-comptable dans ce centre depuis 15 ans, en présentant les départements du centre.

Dans l’atelier de transformation, une motocyclette à deux roues est en cours d’adaptation en modèle trois roues pour faciliter sa conduite par des personnes vivant avec un handicap. Cinq motos transformées ont récemment été livrées au client, le Centre Don Orione sis à Bonbouaka, à 35 km au sud de Dapaong, qui soutient les personnes vivant avec des handicaps.

« Nous faisons ce travail de transformation sur les voitures aussi et c’est ici que ma voiture a été prise en charge », confie le secrétaire-comptable qui pose une de ses béquilles et s’installe dans son véhicule pour montrer son frein adapté comme frein à main. « Souvent nous conseillons aux personnes vivants avec un handicap de choisir une voiture avec boîte automatique pour leur faciliter la vie», indique Armel Alain qui souligne le rôle de ce garage dans le développement social du quartier.

africa.la-croix.com
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.