25 C
Canada
Thursday, May 23, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Les retrouvailles mémorielles des prêtres Gê de la forêt sacrée de Glidji...

Togo-Les retrouvailles mémorielles des prêtres Gê de la forêt sacrée de Glidji Kpodji Avé Gbatcho

L’Union des Prêtres “Gê” de la Forêt Sacrée (UPGFS) de Glidji Kpodji Avé Gbatcho a célébré le 10 juin dernier à son siège dans le village d’Assou-Kopé, ses 25 ans d’existence. Un anniversaire, jubilé d’argent placé sous le signe des retrouvailles, de la réconciliation et surtout de la bénédiction de son Président fondateur, Vénéré AMINOU Ayayi alias Mama Nii Mantchè.

C’était l’occasion pour les membres de l’UPGFS leur tête les premiers responsables dont le Président fondateur, son premier Vice -président, Togbé Afanou Agbadodja dit Black Pawer du couvent Ata Kpéssou d’Aklakou-Hétchiavi Avédomé et à tous les membres du bureau d’implorer la bénédiction de dieux et les mannes de leurs ancêtres sur le Togo en général et en particulier sur tous les Prêtres et Prêtresses traditionnels vodous, les adeptes membres de leur association (UPGFS) ainsi que sur toutes les têtes couronnées, gardiens des Us et Coutumes du terroir.

D’une dimension particulière, l’historique de l’association a été présentée à l’assistance composée de plusieurs invités dont les Chefs traditionnels, Gardiens de Us et Coutumes, le Premier Maire Adjoint de la Commune des Lacs 1, AKOUETE Kangni Gratien,des personnalités publiques et administratives venues du Togo et du Bénin, les hommes des médias du Togo et du Bénin, les groupes artistiques dont Les jeunes danseurs “Gêdêguê” venu du Bénin,  les membres de ladite union venus de partout ainsi que la représentation de la Chefferie traditionnelle de “LoLan” à Aného.

De l’historique de cette association, il ressort que c’est depuis 1998 que l’idée de la création de l’UPGFS est venue de son Président fondateur, Maman Nii Mantchè à Afagnan dans le Bas-Mono. Le 10  juin de la même année, les Prêtres qui étaient présents à Afagnan avant que cette idée ne jaillisse avec d’autres personnalités pas des moindres ont tenu la toute première réunion de naissance de l’association à Avé Gbatcho. 

L’idée a germé et a grandi. Les Prêtres Hounons Gé Yéhoé se retrouvent chaque 10 mois à l’exception du mois de janvier. Par contribution mensuelle, chaque membre cotise 500f. Même pour ceux qui sont à l’étranger qui participent aux réunions à Avé Gbatcho qui abritait son siège avant. Les Prêtres Gê Yéhoé qui résident au Bénin tout comme le Nigeria, le Ghana n’en manque pas.

Les fonds encaissés serviront à payer un terrain de quatre(04) lots plusieurs dans le village d’Assou-Kopé sur proposition de Mama Nii Mantchè après que d’autres membres ont souhaité que ces fonds encaissés servent plutôt à l’achat d’un bus de transport de 60 places pour location et pour faire convoyer les membres des pays limitrophes au moment de l’apothéose de la prise de la Pierre Sacrée. C’est ce site sur lequel des chambres sont construites qui abrite le siège de cette union là aujourd’hui.

Dans l’historique, l’UPGFS a vu le jour en 1998 grâce à ces membres à savoir : Son Président fondateur, le Grand Prêtre, Nii Mantchè,  Hounon Afiavi Adebloussi, Hounon Ayélé Ajavon dite LIMUSCO, Hounon Avoudoupou Ayikoutou, Togbé Agbadodja, Vodossoto Agbodjan-Prince et Agbogbolossou.

  En 2007, l’association a obtenu son récépissé qui sera publié plutard dans la même année journal officiel.

L’UPGFS ambitionne de relever plusieurs défis pour le respect,.le bien être et la bonne conduite des Prêtres Gê qui sont ses membres.

C’est dans une ambiance de grand jour que s’est déroulé cet anniversaire de jubilé d’argent de l’Union des Prêtres Gê de la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji, Avé Gbatcho dans la Commune des Lacs 1.

Cap à présent sur l’édition prochaine avec les préparatifs déjà entamés et la cérémonie de la prise de la Pierre Sacrée pour le compte de 360è en pays Gê.

Justin Anani

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.