25 C
Canada
Saturday, April 20, 2024
Accueil ACTUALITES Afrique–Attaquer le Niger, c’est attaquer le Mali, le Burkina et la Guinée

Afrique–Attaquer le Niger, c’est attaquer le Mali, le Burkina et la Guinée

Par un communiqué conjoint des gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali, ceux-ci ont exprimé sans ambigüité leur volonté de soutenir en tout point, y compris militairement, les nouvelles autorités militaires à la tête du Niger en cas d’exécution des menaces de la CEDEAO. Même son de cloche du côté de la Guinée de Doumbouya.

Si les Chefs d’Etats membres de la CEDEAO entendent traiter avec fermeté le dossier du Niger, en usant de « toutes les possibilités » pour évincer le Général Tchiani et ses hommes qui ont pris le pouvoir par la force, alors ils doivent désormais compter avec un paramètre nouveau : le soutien affiché et déclaré de 3 pays à l’état major nigérien. Il s’agit du Burkina Faso, du Mali et de la Guinée.

Dans un communiqué conjoint produit ce 31 Juillet 2023 et lu à la télévision malienne par le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, porte-parole du gouvernement, Colonel Abdoulaye MAIGA, le Burkina et le Mali ont en six (06) points exprimé tout leur désaccord quant aux décisions issues du double sommet UEMOA – CEDEAO, tenu la veille à Abuja.

Ainsi, les gouvernements de transition du Burkina Faso et du Mali qualifient « d’illégales, illégitimes et inhumaines » les sanctions prises par ces institutions ouest-africaines contre le Niger. Les mêmes termes sont utilisés par le Comité National de Rassemblement pour le Développement (CNRD) en Guinée dont le communiqué daté du même jour indique son refus d’appliquer lesdites sanctions.

Sans ambigüité, ces 3 pays déjà mis au banc par la CEDEAO en raison de coups d’Etats militaires « avertissent que toute intervention militaire contre le Niger s’assimilerait à une déclaration de guerre » et préviennent que cela « entrainerait un retrait du Burkina Faso et du Mali de la CEDEAO ».

Par ailleurs, le Burkina Faso et le Mali s’étonnent que des « responsables politiques d’Afrique de l’Ouest » s’activent pour mobiliser des forces militaires en vue de « rétablir un ordre constitutionnel dans un pays souverain » alors qu’ils sont restés passifs et inactifs depuis des décennies face au terrorisme frappant les peuples ouest-africains.

Au-delà des coups d’Etats récurrents en Afrique de l’Ouest ces dernières années, il faut croire qu’un véritable rabattement des cartes géostratégiques s’opère dans cette partie du vieux continent.  

2 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Boom
Boom
August 1, 2023 12:34 pm

Que de la comédie… rien que de la comédie.
Dans la constitution Malienne en son article 187:” Tout coup d’état ou putsch est un crime imprescriptible contre le Peuple malien”

Helim
Helim
August 1, 2023 9:30 pm
Reply to  Boom

Ils se soutiennent ces putschistes qui n’ont rien a proposé au peuple que le populisme dont on connait la suite.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.