25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Crise au Niger-Une intervention militaire « serait une faute », selon l’ancien...

Crise au Niger-Une intervention militaire « serait une faute », selon l’ancien président Issoufou

Alors que les Nigériens, ainsi que les autres peuples de la région, redoutent un recours à la force de la Cedeao pour restaurer le président Mohamed Bazoum renversé par un putsch le 26 juillet, Mahamadou Issoufou, son prédécesseur, affiche son opposition à toute intervention militaire au Niger.

Dirigeant du Niger pendant neuf ans (7 avril 2011-2 avril 2021), Mahamadou Issoufou s’est prononcé à travers une série de message sur X (anciennement Twitter) samedi 23 septembre 2023.

L’ancien dirigeant du Niger dit être « toujours préoccupé par la grave crise que connaît son pays et plaide pour une « solution négociée » qui, souligne-t-il, « ouvrira la voie au retour rapide à un ordre démocratique stable ».

En effet, Mahamadou Issoufou estime qu’une intervention militaire extérieure contre son pays pour restaurer le président Mohamed Bazoum déchu serait une « faute ». Il appelle les dirigeants de la Cedeao à puisser « dans leur immense sagesse pour ne pas commettre une telle faute ».

2 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Tony
Tony
September 24, 2023 12:58 pm

Voila un ancien president predateur coupable dans le vrai sens du mot de crime economic au Niger son fils ministre est actuellement en detention pour corruption massive contre l’interet de la population..Il parle pour ne pas etre auditer par la commission anti corruption mise en place par les militaries beaucoup des barrons predateurs de son parti politique sont en prison et d’autres en fuites..

Aminata 233dakaroise4
Aminata 233dakaroise4
September 24, 2023 2:40 pm
Reply to  Tony

Justement, je me demandais pourquoi a – t – il tardé ainsi avant de réagir !

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.