25 C
Canada
Thursday, May 23, 2024
Accueil ACTUALITES Cameroun–Les apparitions récurrentes de Franck Biya, fils du président, suscitent débats

Cameroun–Les apparitions récurrentes de Franck Biya, fils du président, suscitent débats

Sans disposer d’un mandat électif ou d’une nomination à quelque titre que ce soit, Franck Biya est de plus en plus présent sur la scène politique du Cameroun. Connaissant les pratiques dynastiques des régimes sempiternels comme celui de Paul Biya, beaucoup d’observateurs semblent y voir une préparation à la succession de son père.

La dernière apparition du fils ainé du Président Paul Biya qui a fait renaître le débat de sa préparation à une éventuelle succession à la tête du Cameroun est son déplacement sur les lieux du drame de Mbankolo à Yaoundé. En jean et bras de chemise, et accompagné du préfet du département du Mfoundi, Franck Emmanuel Biya a passé près d’une heure dans les décombres et les gravats, sur ce flanc de colline meurtrier de Mbankolo où un éboulement? le 8 octobre dernier, a fait au moins 30 morts.

Mais à quel titre a-t-il fait le déplacement de Mbankolo alors qu’il n’occupe aucune fonction officielle au gouvernement ou même dans l’administration de la présidence de la République ?

Alors que certaines personnes tentent de justifier sa présence par la proximité de son domicile d’avec les lieux du drame, d’autres sont convaincus qu’il s’agit d’une énième opération de charme pour se montrer proche du peuple.

Franck Biya s’est fait remarquer par sa présence à presque toutes les cérémonies officielles de ces dernières années et même lors de la dernière visite du Président français Emmanuel Macron au Cameroun.

Les régimes similaires à celui de Paul Biya avec plusieurs dizaines d’année de règne, ont déjà habitué l’opinion internationale à des successions dynastiques au sommet des Etats après des simulacres d’élections. Le Tchad est le récent exemple en la matière.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.