25 C
Canada
Thursday, April 18, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Nicodème Habia: « Pousser Faure Gnassingbé à la transition »

Togo-Nicodème Habia: « Pousser Faure Gnassingbé à la transition »

2018, alors que le pays était à nouveau plongée dans une crise politique, l’opposant Nicodème Habia, président du parti Les Démocrates, observa une grève de la faim pendant des jours devant l’ambassade du Ghana, pays facilitateur dans le dialogue politique. Il réclama la libération de plusieurs militants arrêtés et jetés en prison par le régime en place. 5 ans après, le parti commémore l’évènement. Au cours d’une conférence de presse samedi à Lomé, le parti trace de nouvelles pistes à Faure Gnassingbé et aux acteurs sociopolitiques du pays.

DÉCLARATION LIMINAIRE DU PARTI POLITIQUE LES DÉMOCRATES

La roue de l’histoire tourne inexorablement, et seuls les profanes ne peuvent pas la jauger pour en faire un postulat pour les générations futures. Nous ne sommes pas de ces profanes pour laisser les Togolais périr continuellement dans les mains sanguinaires de la dictature qui nous régente. Pour nous reprendre, nombreux sont aujourd’hui des Togolais qui, fatigués du poids de cette dictature, ne croient plus en un lendemain meilleur. Ainsi vivent la quasi-totalité des citoyens dans un stoïcisme qui redonne du poil au régime qui évolue avec le soutien de l’oligarchie occidentale. Pour cette classe donc, il n’y a plus d’opposition au Togo. Il y a matière à leur donner raison puisque des opposants déclarent eux-mêmes publiquement et devant des caméras qu’ils sont corrompus par l’argent du pouvoir derrière lequel ils courent. Il faut ouvertement les comprendre qu’ils visent leurs propres intérêts et non ceux du Peuple.

Au demeurant, ce régime trouve sans difficultés le boulevard d’imprimer le cachet de la tyrannie à l’hitlérienne. Et c’est sans pitié que la population togolaise est traitée. Les citoyens togolais aujourd’hui sont victimes de toutes sortes d’exactions. Autrement, nos droits sont violés et bafoués dans presque tous les domaines :

radiation arbitraire de la fonction publique des enseignants

inflation non maîtrisée des prix des denrées alimentaires et autres…

dysfonctionnement de services des sociétés étatiques comme la CEET et Tde (coupures récurrentes d’électricité et de l’eau)

sommation d’acquisition d’autorisation d’exploitation de forage et Wifi Zones,

– Coûts élevés de la Communication,

– insuffisance de personnels dans nos hôpitaux et manque de matériels font de ces derniers des mouroirs,

-insalubrité et inondations récurrentes à Lomé et dans certaines agglomérations de l’intérieur,

– incapacité pour l’Etat de doter les services déconcentrés et décentralisés de locaux…

– Au plan sécuritaire, le terrorisme demeure toujours dans le septentrion malgré l’état d’urgence déclaré depuis deux ans et les investissements militaires consentis par le gouvernement à travers le budget togolais …

Mais le Parti Politique Les Démocrates réitère au Peuple togolais sa détermination à poursuivre le combat, car l’heure n’est pas au renoncement. Pour rassurer les uns et les autres de notre engagement à en venir à bout de ce despotisme, citons feu Thomas SANKARA : « L’esclave qui ne peut pas assumer sa révolte ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort ». Alors, il n’y a pas de raison de courber l’échine.

L’opposition togolaise n’est pas morte, elle vit. C’est plutôt ceux qui mendient auprès du pouvoir qui pensent enliser le Peuple. Cependant, la perte des batailles n’est pas synonyme de la perte de la guerre.

Il y a cinq ans, HABIA Ayao Nicodème, le Président du parti LES DEMOCRATES a observé une grève de la faim de plus deux semaines dans l’optique d’obtenir la libération du Togo de la main des despotes locaux et leurs affidés occidentaux. Et ce, à travers les accords politiques globaux, les réformes institutionnelles et constitutionnelles, la libération de tous les détenus politiques et d’opinion. A l’époque, le pouvoir était resté sourd face à toutes ces revendications qualifiant son acte de « comédie ».

Contre toute attente, il vient aujourd’hui de faire libérer près d’un millier de prisonniers par grâce présidentielle. En revanche, les prisonniers politiques et d’opinion comme Jean- Paul Oumolou, M. Aziz GOMA,Togbui Dodji AKAKPO (Chef traditionnel de Kpotèmé )dans le Bas-Mono, Kpatcha GNASSINGBÉ, etc. Croupissent toujours dans les geôles de Lomé et de Kara. C’est la politique de deux poids deux mesures. Ça doit cesser !

Gravissime est toujours la politique nihiliste de Faure GNASSINGBÉ. Vous imaginez-vous que le gouvernement togolais empêche encore à cette heure les activités politiques de l’opposition et entretient ainsi un silence inquiétant ? Dans le même temps le RPT/UNIR effectue librement ses va-et-vient politiques sur toute l’étendue du territoire national. C’est injuste !

À présent, on chante le panafricanisme dans notre pays. Et le président de la République se targue le luxe d’en être le chantre. Pour preuve, évoquons le récent sommet « Lomé peace and security forum » qui a drainé à Lomé 15 pays africains dont ceux du Sahel. Disons au passage que c’est le colin Maillard de Faure GNASSINGBÉ pour se maintenir au pouvoir ad vitam aeternam. Nous nous insurgeons contre ce « paradigme », car c’est du bluff pour abasourdir davantage le Peuple déjà trop meurtri. Pour nous, un panafricaniste qui tire sa légitimité non pas de son peuple mais plutôt des officines étrangères à l’Afrique, nous laisse perplexes.

Le grand danger qui guette le Togo aujourd’hui et qui n’épargne personne, voire les pays de la région ouest-africaine est le terrorisme au Nord de notre pays. C’est une vérité de polichinelle : c’est l’œuvre des puissances étrangères qui ambitionnent de relocaliser leurs troupes du Sahel dans le Golfe de Guinée, en particulier les pays côtiers dont le Togo, notre pays.

Fort de tout cela, le Parti Politique Les Démocrates lance ici un vibrant et solennel appel à tous les leaders politiques, à tout le Peuple togolais, avec le soutien de tous les panafricanistes pour pousser Faure GNASSINGBÉ à la transition à l’issue de laquelle, il ne sera plus candidat. Ceci est la voie politique appropriée. Mais, si malgré tout, le président de la République reste opaque dans sa position, nous inciterons le peuple au soulèvement en nous appuyant sur la Loi fondamentale en prenant les Forces Armées Togolaises et DIEU à témoins pour redonner espoir au Peuple.

Tchoko Tchoko Ablodé!

Fait à Lomé, le 04 novembre 2023

Pour le parti politique LES DEMOCRATES

Le Président HABIA Ayao Nicodème

3 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
3 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Agon Picdagou
November 6, 2023 5:49 pm

« Pousser Faure”, en usant de la force physique?

Là-bas Lomé
November 7, 2023 6:24 am
Reply to  Agon Picdagou

Transition ou pas transition, le parrain Faure Dracula zieux hooonnn de hibou GNASSINGBE et sa mafia pilleuse satanique diabolique maléfique et sadique des bouffeurs de chien (Kozah Nostra) ne seront plus au pouvoir en 2025. Wait and see !!!

tedlesaint
tedlesaint
November 7, 2023 8:15 am

Quand on observe la scène politique togolaise, dans le contexte de la décentralisation, nous sommes en présence de deux types d’opposants sur la terre de nos aïeux à savoir : les opposants qui sont n’ont rien à moudre et les autres qui ont accédé à des responsabilités dans les communes et autres. A bien voir, avec ces élus locaux de l’opposition, le discours n’est plus le même. Malheureusement pour certaines formations comme celle de l’opposant Nicodème Habia et d’un certain nombre de personnalités de l’opposition qui sont resté dans des concepts creux et vides comme la transition et autres. Le Peuple veut du concret, il faut rapidement sortir de tous ces machins pour faire avancer le Togo, la Terre Or de l’Humanité.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.