25 C
Canada
Thursday, April 18, 2024
Accueil ACTUALITES Togo - Attentat de Sarakawa : Zeus Aziadouvo remet en question la...

Togo – Attentat de Sarakawa : Zeus Aziadouvo remet en question la pertinence de cette commémoration

Mercredi dernier, le Togo a commémoré le cinquantième anniversaire de l’attentat de Sarakawa survenu en 1974. Un évènement qui a failli, dit-on, coûter la vie au chef d’Etat de l’époque, Feu Gnassingbé Eyadema.

L’ancien directeur de publication du journal “Liberté”, Zeus Aziadouvo, abordant cette commémoration se veut critique, affirmant que continuer à célébrer cet attentat pose problème.

« Continuer à célébrer l’attentat de Sarakawa comme au temps du Général Eyadema pose un problème. La rupture annoncée par le chef de l’Etat est donc un leurre. Et le phosphate auquel serait lié le fameux attentat de Sarakawa du 24 janvier 1974, n’apporte plus grand-chose au budget de l’Etat.

On n’a beau changer les sigles, mais la situation reste la même. Le secteur est même devenu la chasse gardée des Israéliens », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Zeus Aziadouvo remet en question la pertinence de cette commémoration, suggérant que les raisons pour lesquelles elle perdure pourraient être ailleurs.

2 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
2 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
fonsio
fonsio
January 29, 2024 9:35 am

quand il était à la HAAC il n’en parlait pas. Togolais et les intérêts

Le collecteur !
Le collecteur !
January 29, 2024 9:47 am
Reply to  fonsio

D’anciens boursiers des phosphates nationalisées par ce même pouvoir politique remuent la queue. Zeus Aziadouvo devrait aussi oublier toutes les nationalisations et dates historiques d’indépendance économique et l’effet positif sur les populations. Allez savoir si celui-là n’ est pas un ancien boursier comme tant d’autres devenus amnésiques.

Quand on vous dit que ces gens sont des amuseurs publics depuis les années 90.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.