25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil Politique Gabon-Première prise de parole publique de Noureddin Bongo, fils d'Ali Bongo

Gabon-Première prise de parole publique de Noureddin Bongo, fils d’Ali Bongo

Noureddin Bongo Valentin, le fils du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba (ABO), s’est confié à la presse. C’est la première fois qu’il parle publiquement depuis qu’il a été nommé Coordinateur général des affaires présidentielles par son père en 2019.

Celui qui est considéré comme un jeune homme en préparation pour succéder à son père à la tête du Gabon s’est confié à l’agence Ecofin. Une interview dans laquelle il s’est montré parfois menaçant sans toutefois parvenir à convaincre.

Lorsque la question relative à sa véritable nationalité lui a été posée, Noureddin Bongo Valentin répond en comparant son cas avec celui par exemple de Barack Obama, l’ancien président américain qui, selon lui, “en a été (aussi) victime”.

Et de menacer : “Je mets un point d’honneur à porter plainte contre les auteurs d’accusations fantaisistes et mensongères”. Ses compatriotes apprécieront cette réponse.

L’interviewé ajoute qu’il est fier de porter le patronyme de son père et de son grand père, estimant qu’il sait “que les Gabonaises et les Gabonaises (le) jugeront sur les résultats, sur les améliorations significatives apportées à leur quotidien et non sur un délit de patronyme que certains, en manque d’arguments, agitent de manière pavlovienne”.

Accusé de s’être enrichi illicitement, assigné au Tribunal de Libreville pour qu’il justifie l’origine de sa fortune, Noureddin Bongo Valentin, rétorque qu’aucun de ses détracteurs n’a pu apporter “aucune preuve” de ces accusations qui, en réalité, souligne-t-il, n’ont pour objectif que de “salir la réputation d’une personne pour la déstabiliser”.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.