25 C
Canada
Sunday, May 19, 2024
Accueil ACTUALITES Violences racistes en Tunisie : la première vague de ressortissants burkinabè est...

Violences racistes en Tunisie : la première vague de ressortissants burkinabè est arrivée à Ouagadougou

Afin de préserver ses ressortissants des violences à caractère raciste à l’encontre des ressortissants sub-sahariens en Tunisie, le Burkina Faso, à l’instar de la Côte d’Ivoire et la Guinée, rapatrie ses ressortissants désireux de rentrer.

Mercredi 15 mars 2023, 64 Burkinabè sont arrivés à Ouagadougou à bord d’un vol spécial affrété par le gouvernement du Faso. Il s’agit de la première vague de ressortissants burkinabè volontaires au rapatriement. Suite aux violences à caractères racistes contre les migrants sub-sahariens en Tunisie engendrées par de propos du président Kaïs Saïed en février dernier, appelant à expulser les « hordes de migrants clandestins », a-t-il dit, du pays maghrébin.

Le ministre délégué auprès du ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabè de l’Extérieur, chargé de la Coopération Régionale Karamoko Jean-Marie Traoré et le ministre en charge des Transports Roland Somda étaient partis ramener leurs compatriotes.

« Il est de la responsabilité de notre Gouvernement de veiller à la sécurité et au bien-être de ses citoyens », a souligné Karamoko Jean-Marie Traoré, annonçant d’autres vols prochainement.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.