25 C
Canada
Tuesday, March 5, 2024
Accueil ACTUALITES «La Côte d'Ivoire est prête à fournir une CAN d'exception»

«La Côte d’Ivoire est prête à fournir une CAN d’exception»

François Amichia, le président du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (COCAN), rassure que la 34è compétition panafricaine aura une allure exceptionnelle.

A un semestre du début de la prochaine phase finale de la CAN, tout est fin prêt pour sa réussite. C’est ce qu’indique le patron du COCAN, lors d’une ses rares sorties médiatiques. Une manière, semble-t-il, pour lui de démentir les propos de ceux qui estiment qu’il y a du retard dans les travaux et que toutes les conditions ne seraient pas réunies pour que l’évènement très attendu par les amoureux du football démarre à la date retenue.

François Amichia reste confiant. Et rassure Samson Adamu, le directeur des compétitions de la Confédération africaine de football (CAF) à l’issue de la visite, ce mardi 11 juillet, au stade d’Ebimpé où se joueront le match d’ouverture et la finale.

La CAN 2023 Côte d’Ivoire se déroulera dans cinq (5) villes : Abidjan, Bouaké, Korhogo, San-Pédro et Yamoussoukro du 13 janvier au 11 février 2024.

Côte d’Ivoire (Groupe H- pays-hôte), Maroc (Groupe K), Algérie (Groupe F), Sénégal (Groupe L), Afrique du Sud (Groupe K), Burkina Faso (Groupe B), Tunisie (Groupe J), Egypte (Groupe D),  Zambie (Groupe H), Guinée Equatoriale (Groupe J), Nigeria (Groupe A), Cap-Vert (Groupe B) Guinée-Bissau (Groupe A),  Mali (Groupe G) et la RDC (Groupe I) sont déjà qualifiés pour la plus prestigieuse des compétitions sur le continent.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.