25 C
Canada
Friday, March 1, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Sena Alipui fait ‘’son’’ bilan de la 1ère session ordinaire de l’année...

Togo-Sena Alipui fait ‘’son’’ bilan de la 1ère session ordinaire de l’année de l’Assemblée nationale

Le troisième vice-président de l’Assemblée nationale était, récemment, sur une radio publique à Lomé pour faire le bilan de la première session de l’année de l’Assemblée nationale. Occasion pour lui de revenir sur les engagements de l’Union des forces de changement (UFC).

Sena Alipui, conseiller spécial de Dr Gilchrist Olympio, le président national de l’UFC, a tenu à résumer toutes les activités qui se sont déroulées au cours de la première ordinaire de l’Assemblée nationale, d’une durée de trois mois. Comme à son habitude, il a essayé de faire un exercice consistant à rendre compte au peuple, à ses compatriotes, dans un style direct.

L’invité a d’abord rappelé que douze (12) projets de loi ont été votés. Ils portent sur l’économie, la santé, l’éducation, la politique, entre autres. Ensuite, a-t-il résumé, les députés ont voté :

  • le projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence sécuritaire,
  • le projet de loi autorisant l’adhésion du Togo à l’accord sur les privilèges et immunités du tribunal international du droit de la mer,
  • la loi portant l’adhésion du Togo à la convention internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique,
  • la loi portant accord sur la création de l’institution mondiale de la croissance verte,
  • le projet de loi autorisant la ratification du traité de l’Agence Africaine du Médicament, le projet de loi portant statut du fleuve Mono,
  • le projet de loi portant création de l’autorité du bassin du fleuve Mono et bien d’autres.

Dans l’ensemble, le troisième vice-président de l’Assemblée nationale a souligné que les sessions de la première année ordinaire de l’année se sont déroulées dans une atmosphère ayant permis aux députés élus sous la bannière de l’Union des forces de changement une participation active. L’UFC n’a que sept (7) députés sur les 91 que compte l’Assemblée nationale. Alors que l’Union pour la République (UNIR), le parti au pouvoir depuis une cinquantaine d’année, dispose de 81 élus.

« Etant minoritaire, notre travail a été de mettre en place un cadre qui puisse favoriser le développement et la modernisation du pays », insiste le conseiller spécial de Dr Gilchrist Olympio, le patron du parti à la couleur jaune.

Et de poursuivre : « Nos priorités concernent trois axes qui prennent en compte la question de la paix, de la liberté et de la prospérité. De façon spécifique, notre contribution s’est faite au niveau des débats en Commission. Et souvent, nous débattons de sorte à ce que la majorité ne soit pas obligée de passer en force ».

Quid des députés UFC ?

Les sept (7) ont fait de leur mieux, donné de tout ce qu’ils ont dans leurs tripes pour une participation active lors des travaux, insiste l’invité sur la radio en question. Le tout dans un climat de paix. « Pendant les 5 ans, la population n’a pas été menée dans des violences où beaucoup doivent se retrouver en prison où à l’hôpital. Nous avons mené l’opposition de manière civile et c’est important de le mentionner », a-t-il tenu à relever.

L’Union des forces de changement, a-t-il poursuivi, reste fidèle à sa ligne de conduite, celle de contribuer à la réduction de la pauvreté, à l’amélioration des conditions de vie quotidienne des Togolais sur l’ensemble du territoire.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.