25 C
Canada
Wednesday, April 17, 2024
Accueil ACTUALITES Togo - Nouveau coup de filet de la police nationale

Togo – Nouveau coup de filet de la police nationale

Au Togo, la police nationale a présenté cette semaine deux groupes composés de présumés malfrats spécialisés dans les arnaques et cambriolages. Les concernés seront conduits devant la justice où ils repondront de leurs actes.

PRESENTATION DE MALFRATS

La Brigade de recherche et d’investigation de la Direction générale de la police nationale (BRI-DGPN) a interpellé deux groupes de présumés malfrats.

O. Ayefounin, P. Essodina, T. Razak et T. A. Yaya, quatre anciens pensionnaires de la prison civile de Lomé, auxquels s’ajoute O. Kefia, sont les membres du premier groupe. Ils ont été interpellés entre le 28 décembre 2023 et le 02 janvier 2024, dans les quartiers Togblékopé et Agoe Zongo. Ils se font passer pour des patrons de grandes entreprises et prennent généralement pour cibles, de grands commerçants. Ils arrivent à les mettre en confiance, puis effectuent des achats de grande valeur. Ils font ensuite exprès de trainer leur paiement jusqu’à l’heure de fermeture des banques, et remettent des chèques à leur victime sachant bien qu’elles ne peuvent les encaisser le même jour. Ils font enfin convoyer les marchandises par un conducteur qui en réalité se trouve être leur complice, vers un magasin loué juste pour la circonstance. A la nuit tombée, ils reviennent pour déplacer la marchandise vers un lieu inconnu de la victime. Cette dernière, lorsqu’elle se présente à la banque le lendemain, se voit informer qu’’il s’agit soit d’un chèque falsifié, soit d’un chèque sans provision. Lorsqu’elle revient au magasin où la marchandise a été livrée, elle se rend compte que les locaux ont été vidés et que les prétendus clients sont injoignables.

Le second groupe de malfrats est composé des nommés A. Fréderic, G. Claude, D. Parfait et G. Enyovi, tous de nationalité togolaise. Leur interpellation fait suite au cambriolage d’une boutique, au grand marché d’Adawlato, dans la nuit du 23 au 24 décembre 2023, cambriolage au cours duquel une caisse contenant 21 752 000 F CFA a été emportée. Grâce aux témoignages du voisinage et aux traces recueillies par la Police technique et scientifique, A. Fréderic et G. Claude, portefaix au grand marché d’Adawlato, ont été interpellés. Dame G. Enyovi, mère du nommé A. Fréderic, sera interpellée dans la foulée pour recel. Dans leur déclaration, ils déclarent avoir agi avec le nommé Eric dont ils ne connaissent pas le domicile, ainsi que le nommé D. Parfait se trouvant au Ghana. Avec la collaboration de la Police ghanéenne, ce dernier a été arrêté le 04 janvier 2024. La suite des investigations a révélé que trois autres individus, dont un nommé Escobar, un pécheur de crabes et un portefaix du grand marché, qui les ont surpris sur la plage la nuit de leur forfait en train de casser à coups de cailloux la caisse d’argent dérobée, ont bénéficié d’une part du butin.

Tous ces individus seront conduits devant le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Lomé. Les investigations se poursuivent, en vue de localiser et d’interpeller les autres membres de ces deux réseaux, ainsi que leurs complices et receleurs.

La Police Nationale remercie la population pour sa permanente collaboration et l’appelle à davantage de vigilance. Elle rappelle, par ailleurs, qu’il n’est pas très prudent de laisser de fortes sommes d’argent dans les boutiques

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.