25 C
Canada
Wednesday, April 24, 2024
Accueil ACTUALITES Togo - Sécurité : Fin de course pour des présumés voleurs de...

Togo – Sécurité : Fin de course pour des présumés voleurs de voitures

La Police nationale togolaise a annoncé cette semaine, l’arrestation de présumés voleurs de voitures suite à une enquête de la Brigade de recherche et d’intervention de la Direction générale de la police nationale.

DEMANTELLEMENT D’UN RESEAU DE VOLEURS DE VOITURES À LOME.

La Brigade de recherche et d’intervention de la Direction générale de la police nationale a mis la main sur deux individus membres d’un vaste réseau de braqueurs opérant à Lomé. Leur arrestation fait suite à une enquête ouverte après plusieurs cas de vols à mains armées de voitures de luxe enregistrés par les unités de Police et de Gendarmerie à Lomé.

Le dernier fait ayant donné lieu à leur interpellation remonte au 7 décembre 2023. Ce jour-là, un pasteur a reçu 2 individus sur son lieu de prière à Adidogomé Yokoê. Ils lui demandaient avec insistance et moyennant une forte somme d’argent de se déplacer avec son propre véhicule, une Toyota Highlander, afin d’aller prier pour leur frère malade. Le pasteur n’ayant pas cédé, ils sont revenus quelques instants plus tard avec un troisième individu, le présumé malade. Mais au lieu d’une séance de prières, le pasteur et la huitaine de fidèles présents ce soir ont été tenus en respect par ces individus, armés de deux pistolets automatiques. Ils les ont dépouillés de leurs objets de valeur et ont emporté la voiture du pasteur.

La BRI-DGPN alertée, ouvre une enquête. L’audition des victimes couplée avec l’exploitation des traces technologiques ont permis d’identifier et de localiser deux suspects résidant tout près de la frontière ghanéenne. Avec la collaboration de la Brigade anti-criminalité de Yokoê, les deux suspects ont été interpellés le 5 janvier 2024. Il s’agit des nommés A. Éric, âgé de 46 ans et D. François alias Pasto, 33 ans, tous deux de nationalité camerounaise. Identifiés formellement par leurs victimes, A. Éric est passé aux aveux et a ajouté avoir agi avec deux autres de ses compatriotes surnommés Martial-1 et Martial-2.

Quelques jours auparavant, la Brigade de Recherche de la Gendarmerie Nationale avait interpellé et gardé à vue deux autres Camerounais soupçonnés de tentative de vol à Zanguera. Dans le cadre de la collaboration inter-services, ces suspects ont été mis à la disposition de la BRI-DGPN et se révèleront être I. Martial et E. Martial, c’est-à-dire Martial-1 et Martial-2.

De leurs déclarations, il ressort que ces quatre individus appartiennent au réseau de voleurs à mains armées, dirigé par le nommé N. M. Clément Didier alias Tony Yves. Bien qu’étant détenu à la prison civile de Lomé depuis mai 2020 pour vol à mains armées de voitures de luxe, N. M. Clément Didier se fait passer pour le Directeur d’une société de vente de voitures au Cameroun, au Bénin et au Togo. Par l’intermédiaire de l’un de ses hommes de main nommé Jojo, il fournit le logement, les armes et les moyens de déplacement à de jeunes délinquants de son quartier à Yaoundé au Cameroun qu’il a fait venir à Lomé en mai 2023.

Les actions de ce réseau ne sont pas le fait du hasard. En effet, lorsque N. M. Clément Didier à travers sa société au Cameroun, reçoit des commandes de voitures de grosses cylindrées, il envoie les photos de ces voitures à ses hommes à Lomé. Ceux-ci écument la ville et dès qu’ils aperçoivent une voiture correspondante, ils suivent le conducteur pour connaitre ses lieux de fréquentation et surtout pour localiser son domicile. Généralement, dès que la victime rentre dans son garage, ils font irruption, la tiennent elle, et toutes les personnes présentes en respect, à l’aide des deux pistolets automatiques fournis par N. M. Clément Didier. Pendant que trois de ces malfrats séquestrent les victimes et fouillent leur maison à la recherche d’objets de valeur, l’un se charge d’emporter la voiture pour la remettre à une cinquième personne dont le rôle est de conduire le véhicule volé au Bénin en passant par Afagnan. Quant aux braqueurs, ils séquestrent les victimes pendant plusieurs heures pour permettre à la voiture volée de sortir de Lomé, puis prennent la fuite à l’aide de leurs motos. Les voitures volées sont revendues au Cameroun ou au Nigeria.
Les deux armes utilisées par ces braqueurs ont été saisis à l’occasion de cette enquête : ce sont deux pistolets semi-automatiques Glock 19, munis chacun d’un chargeur et garni de munitions de calibre 9mm.

Ce réseau est auteur de plusieurs braquages à Lomé. Le 10 septembre 2023, dans un salon de massage au quartier Avédji, ils ont séquestré de 11 heures à 14 heures les patients dudit salon, et emporté une voiture de marque MG et une autre de marque Jeep Cherokee. Deux jours plus tard, ils ont visité un domicile à Yokoê avec l’intention de voler une voiture de marque HYUNDAI SANTAFE. Ils ont séquestré et dépouillé les occupants dudit domicile, toujours sous la menace de leurs armes, de 23 heures à 3 heures du matin. Ils ont finalement renoncé à emporter la voiture parce que la marque n’intéressait pas leur commanditaire. Le 14 septembre 2023, ces malfrats se sont introduits de nuit dans un domicile au quartier Agbalepedo et par le même mode opératoire, ils ont emporté une voiture de marque TOYOTA de type PRADO TXL.

Les nommés N. M. Clément Didier alias Tony Yves, I. Martial, E. Martial, A. Éric et D. François alias Pasto, seront conduits devant le Procureur de la République à Lomé pour répondre de leurs actes. D’autres membres de ce réseau sont en fuite et sont activement recherchés. Il s’agit des nommés Jojo, Etémé, Barthelemy, Thierry et Fabrice.

La Police Nationale appelle tout témoin qui pourrait connaitre la position ou la localisation de ces personnes, à le signaler au poste de Police ou de Gendarmerie le plus proche. Ceci, que ce soit au Togo, au Cameroun ou au Bénin. Grâce à la coopération policière entre ces trois pays, ils pourront être appréhendés pour répondre de leurs actes.

La Police Nationale remercie encore la population pour sa permanente collaboration et l’appelle à plus de vigilance.

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.