25 C
Canada
Thursday, February 29, 2024
Accueil ACTUALITES Togo – A toute élection, sa force de sécurité : FOSELR 2024 est...

Togo – A toute élection, sa force de sécurité : FOSELR 2024 est née !

Au Togo la machine électorale, entre temps enrayée, est remise en marche suite aux travaux du Conseil des Ministres tenu hier jeudi 09 Février 2024. Entre autres décisions importantes relatives aux prochaines élections législatives et régionales, une unité de sécurisation dénommée « Force Sécurité Elections Législatives et Régionales (FOSELR) 2024 » est mise en place par le gouvernement.

Il est désormais de coutume au Togo qu’à la veille de toute élection, une unité dite de sécurisation du processus électoral soit mise en place par le gouvernement. Les prochaines élections législatives et régionales prévues pour le 13 Avril 2024 n’échapperont pas à ce rituel.

Ainsi, le gouvernement togolais a par décret adopté hier en Conseil des Ministres établi la « Force Sécurité Elections Législatives et Régionales 2024 (FOSELR 2024) ». Elle a pour mission principale de « garantir la sécurité et de préserver un climat de paix et de sérénité sur l’ensemble du territoire national avant, pendant et après les élections législatives et régionales ».

La FOSELR 2024 sera composé de plusieurs corps des forces de sécurité du Togo à savoir la Police et la Gendarmerie Nationales ainsi que de la réserve opérationnelle. Dans ses activités, cette force est placée sous la supervision de la Commission Electorale Nationale et Indépendante et du commandement opérationnel du ministère chargé de la sécurité.

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Tony
Tony
February 14, 2024 12:20 am

Le systeme criminel sauvage doit etre mis en place avant l’organisation des elections la militarisation de la scene politique par la milice tribale de l’unir Rpt.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.